Quand la France militarise l’information

Quand la France militarise l'information

La France militarise l’information et passe à une nouvelle étape en matière de promotion de la désinformation à l’égard des États qui refusent son diktat, comme c’est le cas pour l’Algérie, la Chine, la Russie, et la Biélorussie. Les dernières publications hostiles à l’égard de l’Algérie par l’Agence France Presse AFP, sont révélatrices sur les intentions françaises.
Des intentions confirmées par la ministre française des armées Florence Paty le  20 octobre dernier, à travers des déclarations tenues lors d’une conférence à Paris. Florence Paty indiqua à ce sujet que «le champ informationnel est un lieu de compétition stratégique». «La lutte informatique d’influence, cela désigne l’ensemble des opérations militaires conduites en appui de nos forces dans le champ informationnel, pour détecter, caractériser, contrer des attaques pour appuyer la communication stratégique associée à une opération», dira-t-elle.

«C’est par la Kabylie, que nous ferons exploser l’Algérie »

Des déclarations confirmées par le journal français Libération qui révélera la création d’usines à trolls pour contrecarrer selon les français, les médias russes, que les autorités françaises accusent de « manipulations des faits ». Que diront donc les algériens au sujet du reportage calomnieux et mensongers de TV5,  et des infox des France 24, l’AFP et Le Monde. Ces médias excellaient ce qu’on appelle le mensonge par omission, en focalisant sur certains activistes et associations inféodés au diktat de la néocolonisation, et fidèles aux recommandations de l’ambassade de France à Alger, dirigée à chaque fois par des futurs patrons de la DGSE.

Moscou dénonce  la militarisation française de l’information

La sortie de Florence Paty a fait réagir, la diplomate russe Maria Zakharova qui souligna en réponse à la la «militarisation du domaine de l’information» « Il semblerait que personne n’ait encore osé déclarer aussi ouvertement ses intentions de faire du domaine de l’information un champ de bataille »

Pour Maria Zakharova «L’armée française a dévoilé une nouvelle doctrine, « la guerre informationnelle pour l’influence », sans une once de camouflage. […] Il semblerait que personne n’ait encore osé déclarer aussi ouvertement ses intentions de faire du domaine de l’information un champ de bataille. […] La France, en effet, s’est officiellement engagée dans la voie de la militarisation des médias sociaux. […] Étant donné que certains experts considèrent déjà que les techniques de propagande à l’échelle mondiale sont comparables à des armes de destruction massive, si ce n’est en termes de puissance destructrice, du moins en termes de portée, les déclarations de Paris ne peuvent inspirer que de graves préoccupations».

La porte-parole du Ministère russe des Affaires Étrangères s’interrogera sur la réaction des géants du numérique, et s’ils vont autoriser la militarisation française de l’information, sachant que ces géants informatiques avancent à chaque fois l’argument de la défense de la pensée occidentale qui « sacralise » la liberté et le pluralisme?»

La loi Avia

La censure en France, et la manipulation au nom de la liberté d’expression en Algérie

Dans un article publié le 20 mai 2020, https://algerie54.dz/2020/05/20/france-algerie-4/

Algérie54 avait attiré l’attention sur les desseins de la loi Avia destinée à museler les voix et articles qui s’attaquent au diktat de la France officielle, ses lobbys et son Establishment.

Décriée par une grande partie des français malgré son adoption par le parlement français, la loi Avia était destinée à museler « la liberté d’expression » des opposants à la politique française et aux cercles sionistes et néocoloniaux. Cette loi prévoit de censurer les contenus supposés être haineux » envers une personne ou groupe de personnes en raison de leur origine ou leur appartenance à telle ou telle race, religion, ethnie, nation, ou orientation sexuelle.

Le journal français réputé proche de l’établishement, Le Monde n’avait pas échappé à la règle de la censure de la loi Avia, au nom de la liberté d’expression à l’occidentale. En 2020, Le Monde en fera les frais de la censure pour une simple histoire de statistiques concernant le nombre de morts dans la bande de Ghaza et dans les territoires palestiniens occupés par l’entité sioniste, au sujet des personnes atteintes du Covid-19.

Suite à un article publié le 18 du mois de mai 2020 par Le Monde, faisant une comparaison des statistiques sanitaires, il fera l’objet d’acerbes critiques et attaques sur les réseaux sociaux par des comptes inféodés aux lobbys sionistes. L’analyse et la présentation des données a fait réagir les internautes pro-sionistes plusieurs accusant le média de prendre position contre l’Etat Hébreu.

Kamel Amellal, un des fers de lance de la Loi Avia

Il convient de rappeler, que l’un des noms ayant contribué à l’élaboration de la Loi Avia, est Kamel Amellal, « Monsieur Méditerranée » désigné par Emmanuel Macron, co-fondateur du site Chouf Chouf, connu pour sa proximité avec le chef de l’organisation terroriste du MAK. Outre Kamel Amellal qui séjournera il y a quelques mois en Algérie, suite à une invitation du Patronat algérien, figure Laetitia Avia, et Gil Taieb du CRIF.