Mort de Zineb Redouane: La police française, hors de portée de la justice

Mort de Zineb Redouane: La police française, hors de portée de la justice
Morte après avoir été touchée au visage par une grenade lacrymogène en 2018, par un CRS français à Marseille, Zineb Redouane, une personne âgée sera privée à titre posthume à son droit de justice.
Ainsi, le directeur général français de la police nationale (DGPN) Frédéric Veaux a décidé de ne pas suivre l’avis de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui préconisait, dans les conclusions de son enquête administrative, un renvoi devant le conseil de discipline du CRS mis en cause dans l’affaire Zineb Redouane, souligne ce samedi 30octobre l’AFP.
Dans son rapport transmis le 20 mai, l’IGPN a estimé que le CRS avait bien réalisé un tir réglementaire sans viser délibérément la victime mais avait manqué à «l’obligation de discernement par une action manifestement inadaptée». Le lance-grenades du CRS avait une portée de 100 mètres tandis que l’immeuble de Zineb Redouane se situait à une trentaine de mètres.