Oui, M. Macron a raison, mais…mais …

Oui, M. Macron a raison, mais…mais …

Par Mohamed Abassa

Oui, cela est vrai. Mais de quelle France parlez-vous M. Macron ? De la France lâche et barbare qui a assassiné, violé, torturé, brûlé des récoltes, affamé, gazé des populations entières, bombardé, déporté, semé misères et épidémies ? De quels illustres grands hommes Français qui ont fait du bien à l’Algérie et aux Algériens parlez-vous ? Du sinistre Jules Polignac qui travailla 20 ans durant au comment envahir et détruire l’Algérie ? Parlez-vous du plus grand criminel de guerre de tous les temps, Thomas Robert Bugeaud, l’inventeur des chambres à gaz et fours crématoires, l’inspirateur des Hitler, Himmler, Gobbels et leurs gaskammer (chambres à gaz) ? Encore que les gaz de paille de Bugeaud étaient bien plus atroces que le gaz exterminateur nazi (ZklonB)

A ce sinistre assassin d’enfants, grand criminel de guerre, la France républicaine, la France de Droite et de Gauche a offert statues, hommages et boulevards et avenues célèbres de France et Navarre.
Parlez-vous de ces soldats résiduels de la Grande Armée napoléonienne qui ont laissé leurs frocs et leur honneur à Waterloo ? Parlez-vous de ces officiers voyous et barbares venus se refaire une santé et des gloires faciles sur des femmes et des enfants désarmés, après avoir été défroqués et humiliés à Waterloo comme auparavant à Trafalgar et à la Bérézina ? Parlez-vous M. Macron de ces assassins de guerre coloniaux , voleurs et barbares, coupeurs de têtes de civils algériens désarmés, qu’étaient ces bourreaux servants de Bugeaud ? Parliez-vous aussi de ces officiers mercenaires sanguinaires de la coloniale qu’étaient Cavaignac, Pélissier, Saint Arnaud, Trézel, Montagnac … Tous ces officiers supérieurs français, sans honneur et sans gloire, qui ont assassiné massivement des populations algériennes désarmées pour les piller, s’enrichir et prendre leurs terres et leurs places. Tous leurs successeurs militaires et civils coloniaux, continuateurs de l’Algérie française, les vaincus de Diên Biên Phu, mains en l’air, Bigeard, Salan, Ortiz, Challe, Zeller et même les socialistes Mollet, Mendès France, Lacoste, Mitterrand et bien d’autres, ont prolongé le calvaire apocalyptique des Algériens. Ils ont tous pratiqué, soutenu ou fermé les yeux sur les pires horreurs nazies qu’une humanité puissante, arrogante et dominatrice pouvait faire subir à une autre humanité colonisée, rendue faible et fragile. C’est encore cette France-là, la France du Napalm (le bidon) et des camps de concentration, la France de la torture et de l’exil, la France des Papon qui noya nos enfants dans la Seine ; pire que les rats de Hamelin. Oui, c’est cette France-là, la France du pillage, de la haine et de la barbarie, la France de Bugeaud à Bigeard, la France des vermines cumulées, Papon, le Pen, BHL, Zemmour et consort qui ont inspiré nos récits de la réalité coloniale française.

Il est vrai aussi que l’écriture de notre Histoire algérienne aurait pu être inspirée par une autre France. Par cette belle et douce France de Louise Michel, de Jaurès ou de Stéphane Hessel, ou Gisèle Halimi. Elle aurait alors honoré et grandit l’Algérie par d’autres Henri Maillot, Maurice Audin, Pierre Ghenaïssia, Annie Steiner, Lucette Hadj Ali, Evelyne Safir, les Chaulet et bien d’autres illustres Algériennes et Algériens. Mais non M. Macron, ces hautes et grands gens furent l’exception et l’Honneur de l’Algérie. La règle coloniale fut sale et sanglante. Forcément, elle génère la haine dans l’écrit et la narration de notre passé. Certes dure, très dur à lire. C’est vrai. Mais encore plus dure à vivre, à subir dans sa chair. Durant 132 ans.

PARTAGER