Des lobbies sionistes manipulent le Makhzen: À qui profite l’escalade?

Des lobbies sionistes manipulent le Makhzen: À qui profite l'escalade?

Par Hocine Neffah

L’Algérie tient compte des enjeux géostratégiques, elle est même consciente de ce qui se trame derrière ce lâche assassinat des trois civils algériens par le Makhzen.

La situation diplomatique entre l’Algérie et le Maroc se corse davantage. L’escalade provoquée par le Makhzen n’est autre qu’une entreprise belliciste derrière laquelle se cachent des puissances impérialo-sionistes. Le lâche assassinat des trois camionneurs algériens montre on ne peut plus clairement que la stratégie du pourrissement et de la déstabilisation de l’Algérie, et de toute la région, s’inscrit dans une logique belliciste bien orchestrée. À qui profite l’escalade, voire la guerre même entre les deux peuples frères? Le Makhzen se met dans une posture d’«agneau», en se présentant comme la victime d’une «machination mensongère» de l’Algérie. Ce sont les directives qui lui ont été données par ses promoteurs dont la doctrine de «va-t-en-guerre» est bien établie depuis des décennies dans le but de fragiliser l’Algérie et transformer l’Afrique du Nord en un véritable brasier qui arrangera les affaires et les intérêts cupides des puissances étrangères et leurs visées néocolonialistes. Le Makhzen fait face à une véritable menace d’explosion populaire à cause de la dégradation drastique de la situation sociale et la propagation sans précédent de la pauvreté extrême. Pour faire face à cette réalité qui risque de l’emporter, il obéit à ses maîtres classiques pour assurer le rôle du sherpa de guerre à l’adresse de l’Algérie qui dérange énormément les calculs et les stratagèmes des puissances impérialo-sionistes dans la région. L’Algérie a toujours développé une diplomatie souverainiste dans le cadre du respect des conventions et accords onusiens. Elle n’a jamais développé une démarche diplomatique d’expansion ou de guerre contre un État voisin. Cela ne veut pas dire que l’Algérie va assister à ce jeu scabreux et dangereux sans pour autant réagir avec fermeté dans le cadre de la légalité internationale, loin s’en faut. Les autorités algériennes ont exprimé leur attitude quant aux enjeux et aux dessous des menaces qui ciblent la souveraineté nationale. Elles sont conscientes des stratégies qui se trament dans la région, des stratégies s’inscrivant dans une logique de la nouvelle reconfiguration des zones d’influence,laquelle a commencé avec le Moyen-Orient et s’est achevée en Afrique du Nord. C’est l’ancien plan du Grand Moyen-Orient (GMO) l’Afrique du Nord est incluse.
Cette entreprise guerrière a été fomentée sur fond d’un semblant de printemps arabe dont l’objectif est de mettre à genoux les États nationaux et les contraindre à accepter le fait accompli, c’est-à-dire la mainmise des forces impérialistes sur lesdits États et imposer leur feuille de route néocoloniale sans recourir à la guerre conventionnelle. Les puissances impérialistes ne veulent pas intervenir vertement, les enjeux sont tellement compliqués et difficiles en termes de conséquences sur le plan économique et financier d’une guerre conventionnelle. Avec la nouvelle technologie, les forces et les puissances impérialistes recourent à la guerre hybride, la guerre de quatrième génération, c’est-à-dire investir dans la Toile et les médias mensonges sur les réseaux sociaux. C’est une stratégie visant la propagation des fakenews pour manipuler les internautes et les transformer en des mutants contre leurs pays d’origines.respectives. Mais si cette entreprise n’aboutira pas, elles n’hésiteront pas à déclencher une guerre par procuration.
C’est le cas avec leur «rejeton» du Makhzen, une entité régentée par les desiderata desdites puissances impérialo-sionistes. Elles veulent coûte que coûte que l’Afrique du Nord soit mise à feu et à sang.
La guerre rapporte beaucoup pour ces forces impérialistes qui n’investissent que dans les agressions contre les États souverains comme source de leur richesse à travers une politique de prédation et de pillage à grande échelle. C’est la raison pour laquelle, l’Algérie et son peuple doivent mesurer la portée de l’enjeu et de ses conséquences à court et à moyen terme. La guerre ne va aucunement servir les deux peuples frères, bien au contraire, elle va les enfoncer davantage dans le bourbier de la pauvreté et de la dislocation de l’entité nationale.
L’Algérie tient compte des enjeux géostratégiques, elle en est même consciente de ce qui se trame derrière ce lâche assassinat des trois civils algériens par le Makhzen. La diplomatie algérienne sera à même de déjouer ce plan machiavélique et macabre, peaufiné dans des hautes sphères des puissances impérialo-sionistes.