Communiqué de l’Elysée sur l’Algérie : la poudre aux yeux

« La nation algérienne n'existait pas avant la colonisation française... »

Dans un communiqué rendu public ce mardi, le locataire du Palais de l’Elysée, Emmanuel Macron » regrette les malentendus et les polémiques «  avec l’Algérie ; a qui il « a le  plus grand respect pour la nation algérienne » et « son histoire ». 

Est-ce une mea-culpa, ou une manœuvre sournoise d’Emmanuel Macron assommé par le Président Tebboune sur le plan de la géopolitique, via ses déclarations fracassantes qui ne souffrent d’aucune ambiguïté ou concessions lorsqu’il s’agit de l’histoire de la Nation Algérienne et les sacrifices de son peuple. Le président Tebboune réagira sur les colonnes du magazine allemand Der Spiegel et à l’occasion de la tenue de la conférence organisée à Alger avec les ambassadeurs et consuls algériens et montra l’intention de bâtir des relations privilégiées avec des pays qui respectent l’Algérie et ne s’immisce pas dans ses affaires internes, à l’instar de l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, la Chine, la Russie et même les USA. La France qui a ouvert les portes de son parlement pour appeler au démantèlement de l’Etat national Algérien a retenu la date du 9 novembre 2021, coïncidant avec le 51ème anniversaire du décès du premier président de la 5ème république française, pour tenter vainement d’apaiser la tension avec l’Algérie. La France joue avec l’Algérie, le même jeu que les américains avaient joué avec Macron, à l’occasion de l’annulation du contrat d’achat des sous-marins français par l’Australie. Cette fausse mea-culpa, est loin d’être innocente, car Emmanuel 1er, compte s’approprier le dossier libyen au détriment de l’Algérie, en organisant une conférence sur la Libye le 12 novembre prochain, souhaitant la présence du président algérien, Abdelmadjid Tebboune, devenu ces derniers mois, l’acteur préféré et privilégié des pourparlers inter-libyen