Tebboune fait courir Macron! le téléphone sonne, sonne, Allo Allô, personne n’est à l’écoute

Tebboune fait courir Macron! le téléphone sonne, sonne, Allo Allô, personne n'est à l'écoute

Emmanuel Macron s’est encore une fois trompé de géographie, et s’est gouré en histoire. L’Algérie n’est pas n’importe quel pays. La preuve en est ce communiqué de l’Élysée, évoquant « des malentendus » et un faux mea-culpa, et une mauvaise foi criarde, témoignant cette arrogance néocoloniale vis-à-vis d’un peuple blessé par des propos impardonnables.

https://www.facebook.com/messenger_media/?thread_id=100011477295152&attachment_id=860546107946419&message_id=mid.%24cAAAAANrboqODPLo-Xl9C3MvDHnwe

Se contentant d’un communiqué diffusé sur le compte officiel de l’Élysée, quelques instants avant une allocution à l’adresse des palestiniens, Emmanuel 1er , confirme cette gabegie d’un président manquant d’élégance et de respect vis-à-vis d’une Nation qui s’est débarrassée du joug du néocolonialisme.
Plus ferme, le président Tebboune est resté indifférent aux appels téléphoniques du Roi de France et de Navarre, comme le confirme les médias français. Le Président Tebboune n’a pas mâché ses mots, lors de son interview accordée à un célèbre média européen, à savoir le magazine allemand Der Spiegel et à l’occasion de l’ouverture des travaux de la conférence de la diplomatie algérienne, en qualifiant les propos de son homologue français, d’inadmissibles dépassant les lignes rouges, en portant atteinte à l’histoire de la nation et à la dignité et la fierté du peuple Algérien. Le Président Tebboune n’est pas le monarque marocain, qui considérait le tweet du président américain sortant, Donald Trump, évoquant «  la marocanité » du Sahara Occidental, comme une victoire politique, en contrepartie de la normalisation avec l’entité sioniste, portant atteinte à la position de son peuple, qui porte dans son cœur la cause palestinienne.
Faute de lui offrir sa chanson préférée de Claude François « le téléphone pleure », Algérie54 offrira à Emmanuel 1er, une belle chanson algérienne, du regretté El Hadj El Hachemi Guerouabi, illustrant cette belle Algérie millénaire. A lui de faire appel à ses larbins pour lui expliquer la teneur