Une loi pour les harkis : La France idéalise la colonisation

Une loi pour les harkis : La France idéalise la colonisation

L’Establishment français est de plus en plus hostile à l’Algérie, après de 60 ans de l’indépendance, et les déclarations farfelues de certains responsables français sur un apaisement des relations avec Alger, ne sont qu’une illusion.
Ce jeudi, l’assemblée française examine un projet de loi appelé « pardon » destiné aux harkis, moins d’un mois après la tenue d’une réunion au niveau de la même assemblée, appelant à une intervention militaire en Algérie et la destitution du gouvernement en place, à la veille de la commémoration du 60 ème anniversaire de l’assassinat de dizaines d’algériens jetés dans la Seine, venus manifester pacifiquement pour l’indépendance de l’Algérie.
Emmanuel 1er évoque le 20 septembre à l’Élysée devant les représentants des harkis,le texte qualifié d’examen de conscience de la France face à ce qu’il a décrit comme « tragédie nationale » et qui coïncidait sournoisement avec « l’effacement «  de la nation algérienne avant la colonisation barbare de l’Algérie par la France . Le même procédé utilisé à l’époque de l’ancien président français Jacques Chirac, avec cette loi de glorification de la colonisation en février 2005, par la même assemblée française et qui intervenait après un vent d’optimisme née dans le sillage de la visite d’Etat effectuée par Jacques Chirac. Ses successeurs à savoir Nicolas Sarkozy ou François Hollande avaient soufflé le chaud et le froid, au sujet de la question de la mémoire. Emmanuel Macron n’a pas dérogé à la règle de ses prédécesseurs, même si au début de son mandat ou lors de sa visite à Alger, lors de sa campagne pour la présidentielle de 2017, avait déclaré que la colonisation était un crime contre l’humanité, suscitant le courroux de l’establishment français. « . Avec cette loi dite loin du « pardon » Emmanuel 1er fait mieux que ses prédécesseurs, en reconnaissant une « dette » envers cette frange de supplétifs ayant choisi l’occupant et trahi les siens.

De la France macronienne à la France zemmourienne

Aujourd’hui, il est clair que la France bascule dans le discours de l’extrême droite, celui de la haine, le racisme, le séparatisme et la xénophobie. Emmanuel 1er patauge dans les contradictions, les mensonges et un autoritarisme tout aussi délirant que comique.

Emmanuel 1er est un pantin qui dit une chose et son contraire, qui se prend des gifles en public, qui se prend aussi des doigts d’honneur devant les caméras de télévision, qui se fait espionner son téléphone portable par le Maroc (pays sous son protectorat) avec le logiciel sioniste Pegasus sans même mettre en question sa relation avec ce pays dangereux. Ce faisant ce président confirme l’adage qui veut qu’un homme qui n’a pas été éprouvé par les vicissitudes de la vie n’est pas un homme fiable. A travers ce comportement, Emmanuel 1er confirme qu’il n’a rien à envier au polémiste Eric Zemmour qui surfe sur un mythe : celui voulant convaincre ses concitoyens d’une France envahie que tous les miséreux de la planète.

« En France, tous nos problèmes sont aggravés par l’immigration, école, logement, chômage, déficits sociaux, ordre public, prisons (…) et tous nos problèmes aggravés par l’immigration sont aggravés par l’islam. C’est la double peine » plaide le xénophobe Zemmour.

L’atout économique de l’Algérie

L’Algérie possède un important atout pour faire plier cette France arrogante qui continue d’idéaliser la colonisation et qui n’a jamais tenu une promesse. L’Algérie doit impérativement réviser l’accord d’association avec l’Union Européenne, bénéfique aux entreprises françaises en premier lieu et préjudiciable à l’économie algérienne. L’Algérie devrait se tourner vers d’autres partenaires économiques européens comme l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Russie, la Turquie,ou asiatiques comme la Chine, la Corée du Sud, l’Inde et le Vietnam.

 

1 COMMENTAIRE