Front Polisario : les sociétés étrangères appelées à quitter immédiatement le Sahara occidental

Front Polisario : les sociétés étrangères appelées à quitter immédiatement le Sahara occidental

Le Front Polisario a appelé toutes les sociétés étrangères à « se retirer immédiatement » du Sahara occidental, en ce sens que leur présence dans la région constitue une « violation flagrante » des dispositions du droit international.

Dans un communiqué sanctionnant les travaux de la cinquième session ordinaire du Secrétariat national du Front Polisario, le Front a lancé un appel urgent à l’adresse de toutes les sociétés étrangères impliquées par les autorités de l’occupation marocaine, afin de « quitter immédiatement » le territoire sahraoui, considérant que leur présence dans la région serait « une violation flagrante des dispositions du droit international », rapporte l’agence de presse sahraouie (SPS).

Dans ce contexte, le Front Polisario a qualifié l’appel introduit par le Conseil européen, conjointement avec l’Espagne et la France, de source de préoccupation profonde, dans la mesure où « il démontre la conspiration montée par certaines parties européennes avec l’occupant marocain, pour continuer à piller les richesses du peuple sahraoui, et témoigne de la tentative d’entraver le processus de décolonisation ».

L’annulation des deux accords signés entre l’Union européenne et la puissance occupante et élargis au territoire sahraoui « consacre au Front le statut de seul représentant légitime du peuple sahraoui en mesure de plaider pour ses droits et défendre ses intérêts », a souligné le Secrétariat national.

D’autre part, le Front Polisario a condamné « le rôle négatif » joué par la France depuis le déclenchement du conflit au Sahara occidental, affirmant qu’il ne cessera pas de revendiquer à ce pays, aujourd’hui à deux doigts de la présidence de l’Union européenne, outre sa qualité de membre permanent au Conseil de sécurité, une contribution positive et de manière constructive à établir la paix et la sécurité dans la région, en permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à la liberté et à l’indépendance.

Septembre dernier, le Tribunal européen a décidé d’annuler les accords de pêche et d’agriculture UE/Maroc élargis au Sahara occidental occupé, affirmant qu’ils ont été conclus en violation de la décision de la Cour de justice de l’UE (CJUE) de 2016 et sans le consentement du peuple sahraoui.

PARTAGER