Said Ayachi : La transaction criminelle entre Rabat et l’entité sioniste est une trahison aux Palestiniens

Said Ayachi : La transaction criminelle entre Rabat et l’entité sioniste est une trahison aux Palestiniens

« Le rejet des marocains de la normalisation officielle entre Rabat et l’entité sioniste était, pour beaucoup d’observateurs, très prévisible », a affirmé Saïd Ayachi, président du Comité national de soutien au peuple sahraoui, soulignant l’attachement du peuple marocain à la cause palestinienne, sacrée depuis 60 ans.

L’Invité de la rédaction de la chaîne 3, de la Radio Algérienne, relève que « le peuple marocain poursuit ses manifestations dans 27 villes pour condamner cette normalisation entre l’entité sioniste et le Maroc ». Il décrit « une indignation contre la normalisation avec l’occupant sioniste des territoires palestiniens en contrepartie de la reconnaissance de la marocanité des territoires sahraoui, alimentée par l’humiliation profonde que ressent le peuple marocain ».

De ce fait, explique l’intervenant, « cette transaction est passée sans consultation et sans égards aux sentiments profonds des marocains pour la cause palestinienne et leur attachement au troisième lieu saint de l’islam qu’est El-Qods ». M. Ayachi rappelle que la vie de précarité totale, n’a pu faire oublier à ce peuple de clamer sa détermination à défendre la cause juste de la Palestine. « Il s’est indigné et proteste contre cette haute trahison faite dans le dos des Palestiniens par le roi, pourtant mandaté par la Conférence islamique pour présider le Comité El Qods », dit-il.

Fort de ses référents de traditions et de sa religion, ajoute Said Ayachi, le peuple marocain a crié sa colère et a noté avec justesse une trahison innommable de leur roi contre El Qods en exprimant haut et fort sa dénonciation.

Sur le plan politique, ce peuple voisin et frère n’est pas resté insensible à l’absence de réactions des partis islamistes marocains, qui demeurent silencieux à part de timides échos de dénonciation et a puni ces partis aux dernières législatives où ils ont perdu 100 sièges à la présente législature.

Concernant la menace qui pèse sur l’Algérie , le Maroc est, selon l’orateur, tenu pour responsable d’avoir amené les sionistes à nos frontières. « N’oublions pas que le Maroc n’est pas à son premier forfait contre l’Algérie et sa stabilité puisqu’il est établi, sans l’ombre d’un doute, que le makhzen et l’entité sioniste étaient toujours derrière les événements déstabilisant comme ceux de Ghardaïa, de Laghouat, de Ouargla, etc. Et d’autres entreprises de déstabilisation contre l’Algérie, fort heureusement déjouées grâce à la vigilance de nos services de sécurité. »