El-Ghassim Wane : « l’Algérie est le chef de file de la Médiation internationale »

El-Ghassim Wane : « l'Algérie est le chef de file de la Médiation internationale »

Le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, El-Ghassim Wane, a indiqué mercredi avoir rencontré l’ambassadeur d’Algérie à Bamako et échangé avec lui sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

« J’ai rencontré cet après-midi (mercredi, ndlr) le nouvel ambassadeur d’Algérie au Mali, El Haouès Riache. Nous avons échangé sur le processus de paix et nos efforts en appui aux parties maliennes. L’Algérie est le chef de file de la Médiation internationale », a tweeté M. Wane.

Mardi, El-Ghassim Wane, également chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), avait mis en garde contre la détérioration de la situation humanitaire au Mali, appelant le Conseil de sécurité à prêter une attention particulière à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.

 

« Le conflit (au Mali) a eu un impact dévastateur sur les civils et la situation humanitaire », a-t-il alerté lors de la réunion du Conseil de sécurité sur la situation au Mali.

« Au-delà de la transition politique, il est crucial que le Conseil de sécurité continue à prêter la même attention à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix » et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, et « à la stabilité au centre, deux autres éléments constitutifs d’un Mali stable », a-t-il assuré.

Selon le représentant onusien, « la médiation internationale, menée par l’Algérie et incluant la MINUSMA et d’autres acteurs internationaux, a continué à être activement impliquée », signalant qu’elle « s’est réunie le 5 janvier courant pour la troisième fois depuis octobre 2021 et a demandé l’organisation d’une réunion décisionnelle entre les signataires maliens. »

Mardi, l’Algérie, à travers un communiqué de la présidence de la République, a exprimé sa « pleine disponibilité » à accompagner activement le Mali et la CEDEAO « dans la voie salutaire de la compréhension mutuelle autour d’une vision solidaire » qui sauvegarderait les intérêts supérieurs du peuple malien.