Ferhat M’henni, le maître- chanteur de l’organisation terroriste du MAK, fustigé par les siens

Ferhat M'henni, le maître- chanteur de l'organisation terroriste du MAK, fustigé par les siens

Le maître-chanteur de l’organisation terroriste du MAK, Ferhat M’henni accuse le coup et se distingue ces derniers temps par une perversion liée à un profit d’individu vaincu par la tournure des évènements et la détermination des algériens à préserver la souveraineté du pays et l’unité du pays, legs du combat de toute une population ayant sacrifié des millions de ses fils pour se débarrasser du joug colonial français.

Convaincu des desseins néocoloniaux, dont les organisations terroristes de Rachad et du MAK du maître-chanteur Fehat M’henni jouent un rôle prépondérant pour mettre l’Algérie à feu et à sang, le peuple Algérien donnera une leçon à ceux qui travaillaient pour le démantèlement de l’État national, dans le sillage de l’ignoble assassinat de Djamel Smail, suite aux incendies volontaires perpétrés par les pyromanes du maître-chanteur Ferhat M’henni et endosser la responsabilité aux services de sécurité. Le plan a échoué et les masques de la répartition du pays des martyrs, l’un après l’autre, mettant hors d’état de nuire le plan satanique du MAK, concocté par les officines sioniste, du Makhzen et ceux qui continuent de croire au « Paradis Perdu ».

Le fonds de commerce « identitaire »

Le maître-chanteur Ferhat M’henni a depuis plus de deux décennies investi dans le commerce politique « identitaire » pour mettre à exécution le plan des néocoloniaux et sionistes de démanteler l’État Algérien, bénéficiant, il faut bien le dire de largesses financières , médiatiques, politiques et de libre circulation dans les territoires des pays hostiles à l’Algérie.

Le maître-chanteur défile sur les plateaux des télévisions occidentales et sionistes, pour clamer la répartition de l’Algérie, via la consécration du concept ethnique, s’autoproclamant le Tartarin de Tarascon du séparatisme kabyle. Pour réussir son entreprise, il infiltra les flux d’algériens établis dans plusieurs pays occidentaux, particulièrement la France et le Canada, en prônant la séparation et jouant sur la fibre de l’identité. Le maître-chanteur du MAK qui maque, ne lésine pas sur les moyens pour s’approprier des biens et des richesses au nom de « la cause », comme l’illustrent bien les dernières dénonciations de ses proches qui l’accusaient de détournements de millions d’euros, via le Paypal et les dons et qui s’ajoutent aux opérations de chantage et de rackets opérées par des bandes qui lui sont inféodées. Nous avons déjà évoqué dans une de nos précédentes éditions, des tentatives de mettre la main sur le club emblématique de la JSK, au temps de l’ancien président du club Chérif Mellal,via ce qui avait été appelé Amicale des supporters de la JSK.

Aujourd’hui, et face à son déclin, suite à la classification du MAK  comme   organisation terroriste, il ne restait au maître-chanteur que de prêter totalement allégeance au Commandeur des croyants et ses protecteurs sionistes

Sur ce plan, il faut bien souligner que le Maroc apporte son soutien diplomatique clair au projet séparatiste du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, le MAK classé en 2021 organisation terroriste en Algérie.
Et au moment même où le fantassin de la diplomatie marocaine aux Nations unies, Omar Hellal, réitérait au sein d’une instance onusienne l’appui du Maroc à une scission de la Kabylie, Maroc Hebdo, vecteur médiatique belliqueux de la propagande du Makhzen, déroule le tapis rouge pour Ferhat Mhenni (numéro 1405 du 03 au 09/O9/21).

Le Nostradamus séparatiste est à l’agonie, malgré ses tentatives de racolage politique et financier, et présente aujourd’hui un sinistre individu vomi par ses proches, augurant sa mort politique  certaine et imminente.

PARTAGER