La « Zème » guerre d’Algérie – part 1-

La « Zème » guerre d’Algérie - part 1-

Par Boualem Snaoui

Le système est tellement ingénieux qu’il a réussi, non pas quoi qu’il en coûte, car ça nous coûte 135 €, à légiférer contre la dissimulation du visage dans l’espace public (loi N° 2010-1192 du 11 octobre 2010), tout en instaurant l’obligation de la dissimulation du visage avec le masque anti-Covid 19, et pas Daoud 19.  C’est le seul signe idéologique du clergé sanitaire, qui n’est donc pas ostentatoire mais obligatoire, qui t’installe dans « nous sommes en guerre » six fois, de la part de notre commandeur qui fait descendre les blindés dans Paris, au pays du canard des sanitaires « Liberté » et des Droits de l’homme », pour chasser justement la « Liberté » et son convoi de France, le 12 février 2022. C’est K. Daoud 19 qui aime cette France en guerre.

Daoud 19, celui qui n’a pas à « traverser la rue pour trouver un travail » à l’Institut du Monde des Arabes (chez l’inamovible Jack, éléphant du système, dont le nom en dit « Lang »), doit palper « un pognon de dingue » sur le dos du peuple de France qui se les gèle (avec une hausse de 41 % pour le gaz, de 21 % pour les carburants et de 3 % pour l’électricité), de ces soignants et de ces salariés parfumés au gaz lacrymogène, de ces femmes et de leurs enfants hébergés généreusement dans des abris en carton, de ces étudiants réduits à faire de très longues queues pour béqueter, de ces lycéens agenouillés les mains sur la tête, à Trappes. Le « Dilem » est que si la jeunesse de France échappe à ces rassemblements inédits de ce canard qui vole à l’envers « Liberté », alors le système a prévu les planches du croque mort de la caricature, pour une « faim » suicidaire pour les policiers (déjà une dizaine de suicides depuis le début de l’année 2022) !  Et même pour les plus jeunes, comme Noëla, cette collégienne à la fleur de l’âge -11 ans- à qui le régime a oublié d’offrir « la corde de la liberté de pendaison » pour ce jeudi 13 janvier 2022 : ça doit coûter « un pognon de dingue » ! Mes condoléances à sa famille.

Qui a poussé Noëla au suicide, qui ?

C’est donc dans cet univers radieux que nos dirigeants en France ont débloqué 2 milliards d’euros pour les médias, sur les 5 milliards d’aide à la culture en perdition, et pas pour faire de la propagande de Abdou « Zemar », tu imagines bien, celui pour qui le régime des généraux de Tel Aviv est TOP. Cet instrument de musique politique, « loin des sentiers battus, loin du chauvinisme, loin du sensationnalisme, loin des idées préconçues », comme il le dit dans sa vidéo du 25 novembre 2021,  a anticipé la publication du rapport d’Amnesty International, sur le système de l’Apartheid israélien, en glorifiant aussi le général Benyamin « Benny » Gantz, ministre de la Défense. Du coup, tu te demandes pourquoi les généraux algériens ne s’engagent pas dans l’armée israélienne pour échapper aux poursuites judiciaires en France, en Suisse et même ailleurs ?  Vaut mieux bombarder le Yémen, l’Irak, la Libye, la Syrie, les Palestiniens, les Sahraouis, et tous les peuples innocents, plutôt que de défendre son pays. Et dis-moi que je suis habillé en Kaki, moi qui suis objecteur de conscience et antimilitariste.

 Qui soutient Abdou « Zemar », qui ?

C’est une drôle de question, à laquelle il n’est pas « terdit » de répondre à gauche, et qui nous permet de voyager un peu dans la galaxie du nouveau monde de la Zème guerre d’Algérie, au moyen de la dernière consonne de l’alphabet « Z » (qui peut être lue deux) qui encercle les peuples d’Algérie, de France et ceux du bassin méditerranéen.

« Z » comme Zitout

« Z » comme Zitout (cet islamiste de l’organisation « Rachad » classée terroriste en Algérie, mais démocratique chez nous),  d’où sortent les meilleures fake-news du monde sur l’Algérie, comme des petits pains, à l’image et au son du coup du laser akbar de 1991 à Alger.

 Qui a organisé le coup du laser akbar à Alger, qui ?

Il vient de produire une belle vidéo au Kamis, d’un bidasse en taule au moment où son mentor Mourad la « tartine », de son vrai nom Dhina, fait des prêches pas du tout catholiques, pour abattre le peuple algérien depuis sa « mosquée.net ». Cette fameuse vidéo qui a fait le bonheur des reptiles, des racleurs de légumes et des épiciers idéologiques, a été reproduite et amplifiée par toute la bande à la banane et les salariés du royaume enchanté.

Si c’est le pote de Abderrahman Al Nuaimi, celui qui a été accusé en 2013 « de financer Al Qaida »,  par le département du Trésor américain (et tous ses avoirs ont alors été gelés par les États-Unis), qui te conte des histoires à dormir en « Z », tu n’as pas le choix, tu ne peux que le croire…

Quelques supporters en France de cette toile islamiste, que le Docteur Bensaada avait décrit (personnellement, je ne peux pas le faire, puisqu’on est en démocratie) dans son excellent travail sur les « tribulations tartarinesques de Marie-George Buffet », sont allés faire  une campagne électorale inédite, le 13 janvier 2022, à la mairie communiste de Noisy –le –Sec, en Seine-Saint-Denis. Ils ne sont pas allés défendre un poulain aux élections présidentielles en France, puisqu’il y a un consensus sur leur « sujet », mais contre le peuple algérien, et par ricochet contre le peuple de France. C’est bien l’acte « Z » de la guerre d’Algérie. Si les barbus de tout poil sont si jolis, pourquoi ne leur organisent-ils pas un défilé électoral public en France ? Ils sont toujours voilés. J’ai comme l’impression que c’est un cru réservé juste au peuple algérien, dans un premier temps, avant de l’installer en France et ailleurs en Europe, comme modèle social et politique, rien que pour voir les manifestants en « kamis jaune ». C’est à ce moment-là que K. Daoud 19, celui dont la plume a été tordue lorsqu’il est descendu dans l’arène pour porter secours au système, dans le cadre de la flagellation des « Gilets Jaunes », pourra faire couler beaucoup d’« Ancre » dans la Somme, et sans risque de « Pas »-de-Calais ».

Va donc demander à la chaîne « d’information » (?) M6, de faire un reportage sur les « Zones Interdites » de l’islamisme radical, et qui a même une télé en mode Kamis, où les animateurs sont déguisés en démocrates. Tu risques de faire couler la goutte d’eau qui déborde les bonnes affaires politiques sur le dos des « gueux ». Le taux d’incidence islamiste, après celui des berbéristes, sur les états-majors du Parti Communiste Français (je ne parle pas des militants), paraît très élevé avec cette pandémie du choc des civilisations.

 Qui inocule l’islamisme en France, qui ?

Pour justifier la succession de lois visant les musulmans, et le régime militaire « Vigipirate » qui quadrille les rues, les quartiers, les villes et les villages ? Puisqu’ils ne veulent pas te le dire, et moi non plus, alors peut être que tu trouveras ton bonheur chez Jean-Loup Izambert, qui doit être un menteur ? sur les reptations des barbus dans les états majors du système en France, grâce au bon régime que tu connais maintenant.

Gilles « meunier », le supporter de l’équipe des « Kamis », a raté la séance : je crois qu’il a beaucoup de grains à moudre dans son moulin à vent de la barbe à papa, pour amplifier les sources d’informations confectionnées au royaume du riche, face au pauvre peuple. Il n’est pas d’extrême-droite cet ancien correspondant de la revue  Nation Européenne, organe de presse du mouvement d’extrême-droite Jeune Europe, fondé en 1962 par le Belge Jean Thiriart (1922-1992), ancien représentant de l’OAS en Belgique, qu’il avait rencontré (par hasard ?) dans les années 60 ??? Bon, bon, bon ….  Alors, c’est peut-être pour mettre à profit son expérience dans les opérations « Pétrole contre nourriture » en Irak, qu’il cherche beaucoup l’Algérie avec le club des « marchands de Dieu » ?

Tu ne voulais pas me croire, lorsque je t’expliquais le théorème de la mécanique des fluides politiques, concernant « les vases communicants »,  dans l’affaire de Trappes, où j’avais proposé le « maître de la brosse et des ciseaux »,  le coiffeur halal Abbas Aroua (le pote de Zitout),  à Didier Lemaire aux cheveux longs ?  Eh bien, je viens te donner des nouvelles, si tu n’es pas au parfum « musk » de l’organisation « Rachad » des porteurs de Kamis. Didier Lemaire vient d’être promu chargé de mission auprès de la cheftaine de la Région Ile de France, qui veut prendre « Dassault » l’Elysée.  Sans  les carburants « Zitout » de Rachad, qui manifestent démocratiquement au « laser akbar » à Paris, tu crois que Didier Lemaire aurait vu sa carrière propulsée par le moteur nucléaire de l’islamiste Mourad la « Tartine » ?

Qui a des doutes sur l’appartenance à la mouvance démocratique de ces Zislamistes, fêtée triomphalement en France, en Suisse et dans toute l’Europe ?  Je crois que c’est pour célébrer ces barbus qu’Hélène Ségara a chanté « Rebelles », et je suis presque certain que ce n’est pas François Gèze qui a écrit les paroles.

Tu comprends maintenant pourquoi Olivier Le Cour Grandmaison a conclu : A gauche, les intermittent-e-s (du spectacle) de la lutte antiraciste ?

« Z » comme le Zelig d’Or

Appelé aussi Omar Zelig ou encore Luc Chaulet, celui qui a réussi la prouesse de travestir le nom du père en FIS (Front Islamique du Salut), le pote au hachich de son ami le roi et du barbouze de la radio Meuuuuh, qui travaille activement pour la « Zème » guerre d’Algérie. Ce crapaud fou de RTS (Radio Télévision Suisse), qui m’a inspiré l’idée du « Zème  », est mon « Z » d’entrée dans leur société civile de soldats néocoloniaux de la société civile,  menée par Super Mario El Kadi, qui s’active dans le fauchage du peuple, avec ses pétitions de lapidation et de guerre contre les pauvres citoyens. Signataire des pétitions pour bombarder le peuple algérien par l’OTAN, cet agent du système colonial du FMI (France-Maroc-Israël), vient de déclarer que « le régime », et pas le sien, va liquider des opposants. On a bien reçu l’annonce : son système va bientôt sacrifier un « melon » qui se prend pour une « pastèque », pour ensuite essuyer la lame du crime sur les habits propres du peuple algérien. C’est la même stratégie du « laser akbar » des barbus qu’il blanchit sur son plateau de propagande médiatique.  Il doit bénéficier de la théorie de ruissellement des fonds médiatiques consacrés aux médias proclamés « grands », au moment où Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, menace de dissolution administrative le média indépendant « Nantes Révoltée ».

Je ne sais pas si ce « moustache-pistache » se regarde dans la glace, car ce barbouze qu’on m’a présenté comme un « trotskyste », en plus des micros de l’employeur plantés entre les poils de sa moustache, est équipé d’un gyrophare de collabo avec le grand Capital, qui clignote en permanence. C’est ainsi qu’il a fait sa « Une », le 09-12-2021, dans l’un de ses deux canards boiteux, de la radio Meuhhhhhh, de la distribution du Grand Prix des planches (tu devines de quoi) par la banque des prolétaires la « Société Générale ». Dommage, le barbouze El Kadi n’a pas cru bon d’inviter Jérôme Kerviel, ce trader de la même finance, pour lui dessiner une belle planche sur les 4,82 milliards d’euros volatilisés du circuit des tenants des bourses. Ou mieux encore, colorier les tableaux de l’affaire politico-financière, joliment décorée avec son lot de délits d’initiés et d’enrichissements personnels, sous le gouvernement de M. Rocard.

Tu vois où ce « trotskyste » Trump ? C’est avec ce moustache-pistache, qu’on apprend qu’il n y a plus de frontières entre la dictature prolétarienne et la dictature financière.  Non, non, non, ce gars là n’est pas un reptile de la politique ! C’est juste un informateur voilé en « démocrate » qui signe des pétitions de lapidation du peuple algérien, construit des murs entre les peuples, des ponts entre les puissants, et appelle l’OTAN à venir bombarder l’Algérie. Il est beau, ce bobo, avec qui tu n’as même pas besoin d’un détecteur de mensonges, pour comprendre que tout ce qu’il dit est fabriqué contre les peuples dans le jardin des puissants. « C’est dans son ADN, il ne faut jamais le perdre du vue ».

Et pour couronner le tout, il ne faut pas rire, ce mec issu de l’élevage intensif néocolonial, trinque en organisant une distribution du grand prix de l’inspecteur Columbo, « enquête de presse » et d’investigation, en présence du prétendant au grade de « Pétain », et de la tête de pont de la ligue algérienne de « Défonce » des droits de l’homme.  Comme d’habitude, c’est dans le journal « El Watan » de formation aux « printemps des arabes » appelé faussement la patrie, que l’on découvre cette belle initiative. Il a de l’humour ce barbouze, qui a déposé et retiré son annonce à la vitesse de l’éclair ! Sinon tu imagines bien que le docteur Ahmed Bensaada aurait postulé pour conter, par exemple, l’histoire du financement de ce journaleux par l’agence française de coopération CFI, de la bourse que l’Union Européenne lui a greffée, pour son commerce de sommeil et de désinformation. Il aurait pu aussi casser sa baraque démocratique en proposant le schéma en « Z » d’une des toiles internationales tissées de fil pas du tout blanc, autour de l’Algérie et de la France, qui a participé au colloque de l’Algérie-Française le 15 octobre 2021 (la veille du 17 octobre), avec l’active participation de la députée PCF, Marie, qui a « Marchais » sur Georges.

Moi aussi, j’aurais pu proposer l’enquête qui n’est pas publique, de son pote K. Drareni (KD2), de sa radio de Momo, exclusivement détenu d’opinion de RSF (Reporter avec beaucoup de frontières).  Comme j’aurais pu proposer le conte de la mythologique reine Tin Hinan, fille de son père, celle du web binaire du 2 juin 2021, organisé par le George C. Marshall European Center for Security Studies, l’un des 5 puissants centres militaires américains (DoD), partenaire du ministère fédéral allemand de la Défense (FMoD). Le centre C. Marshall European Centre for security Studies, qui se consacre spécialement et singulièrement à l’Algérie.

Non, non, ces investigations ne sont pas « Halal », car elles ne sont pas bénites par l’imam-moustache-pistache de la démocratie, agent de liaison des colons dans sa radio de Momo, cette plaque tournante du monde civilisateur du peuple algérien. On dirait que c’est chez lui qu’on a inventé le préservatif buccal de la démocratie.

« Z » comme « la Zoubida » de la Gaff

Appelée aussi « Assoul la cagoule », avocate des diables fabriqués par les colons pour faucher le peuple algérien, et qui ne veut toujours pas rendre « le Cachir » -saucisson algérien-, dont elle s’est appropriée la maternité avec l’ancien régime.

Cette cheftaine du gang à la banane, autoproclamée leader du « Hirak », pour détourner la route du peuple, a toujours des rendez-vous avec les maîtres de la manette pour le plan B. Celle qui dénonçait l’ingérence de la France coloniale en Algérie, se retrouve en mars 2021, côte-à-côte avec l’ambassadeur du régime, François Gouyette, celui qui était déjà en poste en Libye, lors de l’abattage de ce pays. Il faut dire que cette réception a été organisée au moment même où des appels à l’expulsion de François Gouyette se sont multipliés en Algérie, en raison de sa nage dans les eaux troubles des partis indigènes et de ses soldats de la société civile.  Elle a eu raison la « Z » Assoul la cagoule, puisque son parrain est toujours en poste à Alger, sans doute pour diriger sa prochaine grève générale, après celle qu’elle a lancée et qui a avorté en mars 2019.

C’est suffisant pour cette « Z » du régime construit par le système FMI (France-Maroc-Israël), sauf pour faire passer un message, « sans Tabou », à son pote, le général de la cinquième colonne, afin de le féliciter pour son dernier clic trilingue, même si cette fois-ci, il (le clic et pas le général indigène « Tabou ») n’a pas fait le tour de la toile d’araignée. Est-il en solde, ce produit manufacturé des laboratoires du FMI (France-Maroc-Israël), en cette période de rabais ? Sa côte dans la bourse des reptiles de la politique a peut-être perdu de sa valeur, sauf chez ses maîtres qui l’ont élevé en « héron » de La Fontaine ». Autoproclamé « leader du hirak », autoproclamé « briziden », autoproclamé « opposant », et toujours salarié au mérite du système du FMI (France-Maroc-Israël).

Cette lettre qu’on a confectionnée à cet intellectuel, expert pour cliquer sur la touche envoi du clavier, qui n’a jamais rien écrit dans sa vie, consacrée dans la presse de l’Emir du hachich, parle « d’autodétermination du peuple algérien » indépendant, pour le renvoyer dans les bras de son système colonial du FMI, en trahissant « les martyrs algériens contre le colonialisme français ». Charognard professionnel en politique, il n’a aucune honte à manipuler, y compris sa famille, qu’il fait descendre dans la rue, pour manifester son besoin de recoloniser l’Algérie par son régime employeur. Et il emprunte le canal des « ONG » et les « Droits de l’homme » à décapiter, qu’il brandit afin de démontrer son appartenance aux bataillons des soldats de la société civile qu’il dirige droit vers le néocolonialisme de toute l’Afrique.

C’est ainsi que tu déduiras qui sont les maîtres de la manette, puisque, dans cette prose, les peuples africains sont directement visés, pour être recolonisés, alors que les peuples palestiniens et sahraouis sont libres et indépendants.  Il s’y connait en réchauffement climatique de guerre, et même en virologie, puisqu’on lui a fait évoquer la pandémie au Covid 19, sans nous préciser s’il a été covidé 19, puisque ce général de la cinquième colonne, de l’époque –Zman- « Z », est un bovidé.  Et c’est à cause de ses pets politiques que la terre entière se réchauffe. C’est notre « Starkozy » qui aurait dû lui infliger la formule académique « Cass’toi pau’ve con !», au lieu de la réserver à un simple citoyen français venu exprimer son indignation, en refusant de serrer la main présidentielle, au salon de l’agriculture à Paris le 23 février 2008.

Comme la ligne droite est le chemin le plus court, le système FMI (France-Maroc-Israël) lui a fait écrire : « Pis encore : rompu aux procédés machiavéliques, il (le peuple algérien) entretient une tension régionale avec notre (leur) voisin de l’Ouest, le Maroc, pour étouffer toute velléité de changement en interne ». Dis-moi que tu n’as compris que ce personnage est fabriqué, avant l’heure, dans les usines de fabrication des drones tueurs israéliens, installées chez l’Emir du hachich, par le gentil général Benny Gantz, ministre de le défense (mais surtout de l’attaque) israélien, qui a menacé le peuple algérien à partir du royaume de Dagobert ?

Tu as bien compris qu’il émarge aussi dans le bureau du régime qui a inoculé, dans le film projeté en hommage à Michel Tubiana, le président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme en France, le 05 novembre 2021, la photo du commandeur de ceux qui y croient.

 

C’est incroyable, comme tu viens de le constater : le roi commande tout, même les « Droits de l’Homme » ? Voilà donc le message royal envoyé aux anticolonialistes dans le monde, à l’Afrique entière, au peuple du Sahara Occidental, à la militante Soltana Khaya, à Omar Radi, à Soulaimane Raissouni, à Maâti Monjib, à Fatima Zahra Ould Belaid, à ces milliers de Femmes-mulets exploitées par la contrebande,   et même à tout le peuple marocain qui se jette dans la mer pour le plus grand bonheur du château. C’est Abraham Serfaty, rescapé du luxueux Hôtel « tous risques » de Tazmamart, chez leur ami le roi, qui doit se retourner dans sa tombe : la gauche française l’a trahi à titre posthume.

« Z » comme Azouz Begag

Cet ancien ministre de l’égalité de sa chance ratée dans son régime, qu’il tente de rattraper auprès du système avec le mouton de sa baignoire, en voulant peut-être élargir « la chaâba » de son gone de Lyon- à toute l’Algérie.   Chez lui, on a greffé deux consonnes de type « Z », dans le cas où tu as raté la première séance en visioconférence du 27 janvier à l’IFA (Institut Français d’Alger), qui a été reportée « fissaa » ; la seconde va te faucher. J’espère que je n’y suis pour rien, dans la mesure où je l’avais introduit dans mon dernier « Zelig d’Or », qui était en réalité le premier de la série de l’époque « Z ». Ce qui ne m’empêche pas de lui dérouler une partie de son joli CV dans le système, pour que le lecteur s’approprie le produit manufacturé qu’il risque de lui fourguer sous le voile démocratique.

Et c’est peut-être le cas, puisque notre héros Begag le « gag », réserviste du système, a été appelé pour faire le VRP, à l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de Jean-Baptiste Poquelin, alias Molière, pour animer une rencontre nocturne et pas diurne des idées, le 27 janvier 2022 à l’Institut Français d’Alger. Tu vois que même le titre « nuit » de leur mobilisation pour l’avenir est sombre, du coup il les trahit : ils ne peuvent jamais te proposer la lumière du jour.

Sur ce serviteur du régime, Begag le « gag », Brigitte VITAL-DURAND rapporte, dans Libé du 10 novembre 1997, sa participation aux « déjeuners privés » de Matignon, organisés par Alain Juppé au printemps 1997, à qui il avait proposé d’être en mission : « je suis votre candidat. Qu’est ce que vous faites pour moi ? … « Je veux être le premier représentant des banlieues à l’Assemblée Nationale », ces territoires de pauvres exclus de la République, avec un programme simple : « un Arabe à l’Assemblée ». Ce gars n’est pas un ethniciste, c’est juste un démocrate du système.

Selon B. VITAL-DURAND, il est qualifié de sous-marin de Juppé par la presse Lyonnaise, et a été distingué non seulement avec l’étiquette de « vendu » par la gauche, mais aussi par la petite boîte capitonnée de faux satin blanc qu’on lui a fournie avec la décoration.  Lorsque tu as un parcours politique aussi sinueux que le sien (passant du PS au RPR, au Mouvement démocrate, à divers gauche, à divers droite) comment tu veux échapper à l’étiquette sinueuse « Z » ?

Ce dirigeant du régime en France, « contrôlé au faciès », selon sa propre version, le 13 octobre 2005 à Atlanta, aux USA, alors qu’il était en possession d’un passeport portant un visa « A1″ (réservé aux diplomates et aux ministres), n’a pas moufté. Il était dans « la grande démocratie américaine », et il se rendait dans l’Etat de Floride pour y donner une conférence sur les nouvelles politiques françaises de lutte contre le racisme. Depuis, il a adopté la politique des reptiles pour mieux affirmer son appartenance au « système » de le Zème Guerre d’Algérie.

Je le laisse te raconter, s’il veut bien, son aventure à la banque « Crédit Agricole », lorsqu’il s’est présenté, coiffé d’un bonnet de révolutionnaire, pour déposer 100 000 F, des droits d’adaptation au cinéma de l’histoire de sa vie, qui n’a pas fini de nous alerter.

Si l’on comprend bien, il voudrait « éclairer, de manière aussi acérée que l’avenir de la Méditerranée» au peuple algérien le projet de l’UPM (Union Pour la Méditerranée) porté par Nicolas « Starkozy », décrit par le cercle des économistes et Hubert Védrine (ancien secrétaire général de l’Élysée de 1991 à 1995, ministre des Affaires étrangères, signataire d’un rapport remarqué sur la France et la mondialisation !) dans leur feuille de route 5+5=32, Ed. Perrin, 2007. Mais bien sûr, surtout après l’abattage de toutes les « Républiques arabes » et la glorification des monarchies, la conférence ratée de Begag, comme son égalité, n’est pas un gag.

« Z » comme Nekkaz

« Plus le Nekkaz est gros, plus il passe », et l’équipe n’est pas au complet, car à ce mécanicien (surtout en politique), on a greffé un « Z » à la fin de son nom, après deux « KKA », alors que c’est le premier qui a sonné le glas du plan « B », avec une belle cascade politique, qu’il a accompli in-vivo, sur une route de la ville d’Oran, le 15 décembre 2021. Chuuut ! il ne faut pas déranger ce personnage ubuesque de la politique, marchand de sommeil à Paris : c’est une « star innée », puisque le système du FMI peut lui faire faire toutes les gymnastiques de la politique, et il peut même créer, juste pour lui, des jeux olympiques de la politique des gros reptiles.

Parmi la « fosse » presse qui a rapporté l’événement, il y a Abdou « Zemar », Gilles « Meunier » qui a trouvé du grain à moudre, et naturellement Nicolas « Joli », celui pour qui le royaume d’Israël est « Beau ».  Ce dernier est le premier à subtiliser le titre de distributeur des « fosses » cartes d’identité kabyles, détenu jusque-là par le moine Ferhat F2M. Qu’on se rassure, on ne va pas assister à une guerre diplomatique entre les reptiles d’encerclement sur les droits de la propriété du sujet « Kabyle », produit de l’industrie des guerres contre les peuples des deux rives.  Il y a des accords « sucrés » entre les filiales du FMI (France-Maroc-Israël).

Et moi je suis un opposant normand, tant qu’on y est.

C’est l’une des raisons qui m’incite à lire le canard de « Nicolas Joli », celui qui porte un « Beau » prénom, à l’envers, puisqu’on n’a pas beaucoup d’efforts à faire pour comprendre le contraire de ce qui est commercialisé dans son épicerie médiatique, notamment sur l’Algérie. Chez Nicolas, malheureusement pour lui, le beaujolais n’est toujours pas « beau », et je crois qu’il le fermente aussi par le moine F2M (Ferhat Mendel Mhenni du MAK) au royaume d’Israël. D’ailleurs, il a même vendu la vidéo fake du bidasse Guermit Bounouira, cuite dans les fours du boulanger de l’islamisme Zitout, ce révolutionnaire au « kamis » de l’époque « Z ».

Le plan « B » pour la « Zème» guerre d’Algérie est en marche, et tu n’as besoin d’avoir fait l’académie militaire de Saint-Cyr, pour déduire qu’ils préparent une grande fête néocoloniale avant le 22 février prochain (à Bruxelles, Paris, Genève) , pour faire croire au peuple (qui a mis hors d’état de nuire une bonne partie de leurs maîtres,  serviteurs du système du FMI –(France-Maroc-Israël), qu’il a perdu, puisqu’il n’a pas tiré la bonne carte confectionnée dans les laboratoires des régimes du chaos et commercialisée  aussi dans les colonnes du canard des sanitaires. Les charognards s’agitent : ils sont en manque de sang des innocents. Ils s’activent, à croire une internaute, pour remettre le couvert de la décennie noire et faire porter le chapeau aux forces de défense du peuple d’Algérie.

Notre commandeur, qui a eu de jolies formules à l’égard du peuple de France (interdites de reproduction, en raison des droits de son auteur), qu’il dirige droit dans le mur, mais aussi et surtout à l’égard du peuple d’Algérie, avant même de « pendre la crémaillère », pour son second bail de locataire de l’Élysée, s’est mis à réveiller les vieux démons de l’Histoire, après avoir déclaré à un jeune Algérien , lors de sa visite du 6 décembre 2017 : « Qu’est ce que vous venez m’embrouiller » avec la colonisation !!!

Qui embrouille qui, qui ?

Du coup, rien que pour « embrouiller » « OMacron », l’Institut du Monde des « Arabes » et la BNF (Bibliothèque Nationale de France et pas d’ailleurs) se sont rassemblés durant un marathon de trois jours de « rente mémorielle », trois jours non stop, entre le 20 et le 22 janvier 2022 : toujours l’Algérie. Je crois qu’ils en veulent à notre commandeur, au point de vouloir aussi l’embrouiller avec cette « rente mémorielle » du système. Ils veulent que l’Algérie (existait-il une nation algérienne avant la colonisation ?) retire, encore une fois, son ambassadeur indigène ou quoi ?

Chez Arte, cette chaîne de télévision surveillée par un président -BHL- qui n’est pas comme les autres, amoureux des révolutions colorées et surtout de la Libye libérée pour l’esclavage et le chaos, on te propose une série-fiction de 4 séances «  Alger confidentiel » fabriquées sur mesure, où se mêlent vente d’armes, liaison dangereuse, agents secrets, …entre l’Algérie et l’Allemagne. Personnellement, je crois que cette production a échappé à la vigilance du Président du Conseil de surveillance d’Arte France, qui  n’a rien vu passer, sinon tu imagines bien qu’il aurait sorti les ciseaux.

Pour accompagner cette galaxie de la « Zème » guerre d’Algérie, la « presse » embarquée du système FMI se mobilise en masse, depuis 1962, et même avant, pour le plan « B », à l’image du journal « Le Monde qui n’est pas du tout diplomatique », qui vient de fabriquer un numéro spécial à l’envers, en ce mois de février, dédié au « Maghreb » en danger, écrivent-ils, comme si on ne le savait pas. Ce « numéro », qui n’a pas été tiré au sort, a été coordonné par Akram Belkaid, qui te glisse son opinion avec homéopathie sur la « désunion et de l’autoritarisme » sous la jolie chanson algérienne « ya zina », pour conquérir ton âme musicale, laquelle est en réalité totalement politique, comme sur les ondes du « leurre Beur FM ».  Je n’ai pas relevé les mots « Droit » et « Justice » du peuple Sahraoui, ni l’installation du régime des généraux de Tel-Aviv au royaume enchanté. Je ne dois pas être outillé du même regard de renard de Nabila Smail, celle à qui j’avais proposé qu’elle soit rémunérée en Shekel.

Chez Mediapart, ils ont consolidé l’équipe de Rachida El Azouzi, avec l’arrivée de Nejma Brahim, qui dérive son encre et sa plume sur l’Algérie. Lorsque tu lis sa flagellation, en date du 19 janvier 2022, publié à 20h06 (puisque dans le concours d’attaque contre le peuple algérien, l’heure et même la minute sont minutieusement chronométrées), tu as l’impression qu’elle veut faire taire la voix de cette jeune Amal, qui a fait partie de ces milliers de Marocains qui se sont jetés spontanément dans la mer pour rejoindre l’Espagne, et qui avait déclaré « la mort ne me fait pas peur, ce dont j’ai peur c’est de mourir pauvre, ici », en cette fin du mois de mai 2021, mais aussi le sauvetage de ce bébé-nageur, âgé d’à peine deux mois, du royaume enchanté, par un gendarme espagnol !

Même la science est convoquée par le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) pour éditer la révolution au couleur aussi du Kamis, sous la direction de Amin Allal, Layla Baamara, Leyla Dakhli et Giulia Fabbiano, en bénéficiant du financement du « Conseil européen de la recherche » de guerre, qui ne dit pas son nom. Leur titre est très joli : « cheminements révolutionnaires » – CNRS Editions, Paris 2021. Cette science va finir au pilon.

Au final, nous avons traité le « Z » islamiste comme Zitout ; le « Z » trotskyste comme le « Zelig » d’or ; le « Z » « féministe » comme la Zoubida appelée Assoul la cagoule ; le « Z » du « gag » comme Azouz Begag ; le « Z » ONGiste comme Nekkaz, avec deux KKa avant le « Z » ; il nous reste maintenant, si notre « conte » est bon, Zaman – époque – du pass génétique.

« Z » comme Zemour

C’est ce héros que le système nous a fabriqué dans ses laboratoires, et qu’on nous expose sur les plateaux médiatiques, afin de nous diriger droit vers le détestable monde d’hier, présenté comme l’avenir de l’humanité. Il s’agit du dénominateur commun des fractions berbéristes, ces foreurs ethniques qui bataillent pour nous renvoyer dans les galeries de l’histoire, vers les temps mythologiques confectionnés spécialement pour le peuple d’en bas, et qui aspire à s’émanciper du drapeau de Jacques Bénet, que tout le monde connaît maintenant sous l’appellation de la « fourchetta » -fourchette-.

Ce personnage, bien que condamné par la justice pour sa haine, bénéficie d’une promotion médiatique inégalée du « système », et la diffusion de ses idées noires est assurée par le régime à une échelle incommensurable. Comment le système a-t-il pu produire un tel personnage dans le pays des « Droits de l’Homme » ?  Comment un tel personnage a pu « ressurgir » au milieu des partis politiques qui encadrent les villes, les rues, les quartiers en France ? Comment un tel personnage a –t-il pu se frayer un joli chemin, y compris dans les sondages et dans les esprits, dans un système où les ONG de lutte contre le racisme pullulent, et où l’état a doté chaque département d’un Préfet à l’égalité de nos chances –ratées- ?

Sachant que j’ai dû trop maltraiter ton cerveau, avec ma pandémie de type « Z », je laisse tes neurones prendre un peu de récréation, avant de te livrer la belle suite, qui à mon avis te plaira, puisqu’il s’agit du clan déjà identifié génétiquement par Salluste, trois siècles Av. J.-C.

En attendant, si tu veux bien me rendre un service, demande à K. Daoud 19 de réserver quelques séances de kinésithérapie à sa « langue » : elle fourche trop du côté de son « système » qui lui organise les balades médiatiques. Il n’a vraiment pas besoin de faire autant de reptations politiques pour nous convaincre qu’il est au service des maîtres de la manette.