Le secteur de l’industrie aspire à contribuer de 15 % au PIB

Le secteur de l’industrie aspire à contribuer de 15 % au PIB

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a affirmé mercredi à M’sila que son secteur ministériel aspire à « contribuer à hauteur de 15 % » au Produit interne brut (PIB).

Lors de l’inauguration d’une unité de statut privé de fabrication de barreaudage métallique à Boussaâda, le ministre a indiqué que ce taux sera atteint à la faveur de l’accompagnement de l’investissement industriel et la création de 776 nouvelles entreprises industrielles génératrices de richesses à travers le pays, particulièrement après l’adoption du nouveau code de l’investissement qui remédiera à certaines lacunes relevées dans ce domaine ces dernières années.

Zeghdar a également relevé que 15 entreprises sont entrées en activité à M’sila et cela, a-t-il dit, « est le fruit d’un accompagnement effectif de la promotion de l’investissement dans cette wilaya ».

Le secteur industriel ambitionne annuellement d’exporter pour une valeur de 7 milliards de dollars de production nationale vers les marchés internationaux, notamment africains, a-t-il ajouté.

Le ministre a considéré, en outre, que la wilaya de M’sila est « leader dans le domaine de l’investissement avec plus de 1000 demandes de création d’entreprises dans la wilaya déposées à la direction de l’industrie ».

« Cette dynamique est de nature à contribuer à la promotion de la production industrielle et à réduire le chômage dans la wilaya », a indiqué Ahmed Zeghdar, affirmant que parallèlement à l’accompagnement des investisseurs, il est procédé à la récupération du foncier industriel pour le redistribuer aux investisseurs sérieux.

S’agissant de fournir un plan de charges aux entreprises locales productrices de matériaux de construction, le ministre a assuré qu’il sera procédé à la levée du gel sur plusieurs projets dans le cadre de la Loi de finances complémentaire 2022 de sorte à relancer la demande sur ces matériaux.

Le ministre poursuit sa visite dans la wilaya par l’inspection de plusieurs unités productrices dans la zone industrielle du chef-lieu de wilaya, avant de la clôturer par une rencontre avec les investisseurs à l’université Mohamed Boudiaf.

PARTAGER