L’Algérie multiplie ses efforts de soutien à la Palestine face aux agressions sionistes

L'Algérie multiplie ses efforts de soutien à la Palestine face aux agressions sionistes

L’Algérie, qui demeure un des premiers et meilleurs soutiens à la cause palestinienne, a multiplié ses efforts et actions en faveur du peuple palestinien en lançant cette semaine plusieurs appels à la communauté internationale notamment à l’ONU, à « agir urgemment » face à l’escalade de la répression sioniste dans les territoires occupés.

Dans la foulée de la recrudescence des agressions menées par les autorités d’occupation sionistes contre les lieux saints dans la ville occupée d’Al-Qods, durant ce mois sacré de Ramadhan, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé lundi dernier une lettre au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans laquelle il a appelé la communauté internationale à « agir urgemment afin d’assurer la protection nécessaire aux civils palestiniens et à leurs lieux saints conformément au droit international ». « Les attaques commises par les forces d’occupation contre la sacralité de la mosquée Al-Aqsa et la violence qu’elles exercent sur les fidèles sans défense rappellent une nouvelle fois les violations systématiques des droits de l’Homme et des libertés fondamentales », a écrit le président de la République dans sa lettre.

Et de poursuivre dans ce sens: « Ces pratiques récurrentes qui reviennent chaque année durant le mois sacré de ramadhan révèlent la répression exercée par l’occupation sur les civils palestiniens qui, par leur résistance et leurs sacrifices, imposent le respect ».

Le président Tebboune a également souligné que « l’aggravation de la situation contraint la communauté internationale d’assumer pleinement sa responsabilité, et se doit, par l’intermédiaire de l’ONU et du Conseil de sécurité en particulier, d’agir urgemment afin d’assurer la protection nécessaire aux civils palestiniens et à leurs lieux saints conformément au droit international ».

Le lendemain, l’Algérie a réitéré sa position de soutien au peuple palestinien par le biais du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, qui a appelé à « une réaction prompte et adéquate de la communauté internationale face à l’escalade de la répression (sioniste) et à l’accroissement du nombre des victimes palestiniennes ».

M. Lamamra a eu à cette occasion des consultations avec plusieurs de ses homologues des pays arabes, dont notamment le Palestinien Riyad Al-Malki, le Jordanien Ayman Safadi, le Tunisien Othman Jerandi, ainsi qu’avec le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Abul-Gheit, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger.

« Le chef de la diplomatie algérienne a mis en évidence l’urgence d’une réaction prompte et adéquate de la communauté internationale face à l’escalade de la répression et à l’accroissement du nombre des victimes palestiniennes », a ajouté le texte.

Pour rappel, l’Algérie est le premier pays au monde à avoir reconnu l’Etat de Palestine et a officiellement établi des relations diplomatiques complètes avec la Palestine le 18 décembre 1988. Depuis, de nombreuses actions et initiatives diplomatiques algériennes ont été lancées en faveur de la juste cause palestinienne.

Il est à rappeler également que la Palestine a accédé à l’Unesco en 2011 grâce à une demande algérienne introduite à l’ONU et a été admise une année plus tard comme Etat observateur non-membre de l’ONU le 29 novembre 2012.

Comportement « irresponsable » du Maroc

Au moment où les réactions internationales se multiplient pour condamner l’escalade sioniste en Palestine occupée, la diplomatie marocaine a bloqué une déclaration du Groupe arabe à l’ONU visant à condamner les graves violations par les forces d’occupation sionistes de la sacralité des lieux saints à Al-Qods, et la répression sauvage qui s’est abattue sur des fidèles innocents.

Dans ce contexte, l’Algérie a, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU à New York, Nadir Larbaoui, dénoncé le fait que la délégation marocaine au Comité Al-Qods, qu’elle préside, tente de se soustraire à sa responsabilité envers la ville sainte, et de la situation dramatique qui prévaut à Al-Aqsa ainsi que d’entraver les efforts du Groupe arabe.

Lors des délibérations du Groupe arabe des Représentants permanents auprès de l’ONU, l’ambassadeur d’Algérie avait confirmé que la situation dramatique en Palestine, notamment à Al-Qods, n’est plus compatible avec l’expression de formules de courtoisie à l’adresse du Comité Al-Qods présidé par le roi du Maroc.

Il a rappelé que le Comité Al-Qods, créé sous l’égide de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), ne s’est réuni qu’à deux reprises seulement au cours des vingt dernières années, dont la dernière remonte à 2014, soulignant qu’il était plus approprié d’inviter ce Comité à se réunir, sans délai, et assumer pleinement la responsabilité qui lui a été confiée, à savoir la défense des lieux saints à Al-Qods.

Dans le même sens, l’Envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb, Amar Belani a, de son côté, dénoncé le « comportement irresponsable » de la diplomatie marocaine à l’égard de la question palestinienne.

« Encore une fois, le comportement irresponsable de la diplomatie marocaine, à travers l’activisme de mauvais aloi de son inénarrable représentant permanent à New York, vient de jeter une lumière crue sur l’opportunisme déplorable des autorités marocaines qui se sont assurées une rente viagère sur la question palestinienne, en particulier la présidence virtuelle du Comité Al-Qods, dont elles tirent des dividendes immérités, sur les plans politique et diplomatique, et ce sur le dos du peuple palestinien martyrisé par l’occupation et la répression », a indiqué M. Belani dans une déclaration, lundi à l’APS.