Menacée par l’implosion: l’organisation terroriste de Rachad offre ses services aux occidentaux pour le dossier ukrainien

Menacée par l'implosion: l'organisation terroriste de Rachad offre ses services aux occidentaux pour le dossier ukrainien

L’étau se resserre sur les membres de l’organisation terroriste de Rachad, dans le sillage des coups de boutoir reçus ces derniers mois. Inscrits comme organisation terroriste par l’Algérie, le mouvement terroriste de Rachad subit les effets des derniers coups de l’extradition des déserteurs Guermit Bounouira, Mohamed Abdallah et Mohamed Benhalima, le démantèlement des réseaux de soutien en Algérie, et tous récemment la capture des terroristes per les éléments de l’ANP.

Les aveux sur les liens étroits entre les organisations terroristes armées en activité en Algérie, au Proche-Orient et dans la région du Sahel, avec le mouvement terroriste de Rachad inféodé au terrorisme international, ont été un coup fatal à ses membres confinés derrière des écrans à diffuser des Fakenews sur la situation en Algérie, à occuper les places publiques en France , Suisse et Belgique pour « justifier » les rapports belliqueux et mensongers des organisations dites de droits de l’homme, affiliées à la géopolitique de la néocolonisation des peuples, et la collecte des fonds à travers le Paypal pour l’enrichissement de ses membres comme Larbi Zitout, ou la recrue post-hirak dénommé Amir DZ.

Aux dernières nouvelles, ce dernier au centre des tiraillements avec des membres de l’organisation terroriste comme Yahia Makhyouba, qui vient d’annoncer son retrait physique et non idéologique du mouvement terroriste de Rachad,Manar Mansri et Larbi Zitout, qui soupçonne Amir DZ de rouler pour les services de renseignements français. Le chef de file de l’organisation terroriste de Rachad à Londres, Larbi Zitout s’apprête à déposer plainte contre Amir DZ pour faux et usage de faux, sachant que les derniers tiraillements entre les Makhyouba, Amir DZ, Larbi Zitout et Assia Guechoud, citée par l’extradé Mohamed Benhalima, confirment une très proche implosion de l’organisation terroriste, sur fond de partage du butin des détournements de collecte des dons et du Paypal .

Une implosion qui n’est pas souhaitée par les services de renseignements français qui auraient instruit leur « soldat Amir DZ » de baisser le ton des attaques des supplétifs appelés à une nouvelle mission en Ukraine.

Sur ce registre, une réunion des membres de Rachad établis en terre helvétique comme Rachid Mesli et Abbes Aroua , a été tenue ce mardi en Suisse avec la participation de le supplétif  des services britanniques Larbi Zitout à partir de Londres, via l’application Zoom, pour passer en revue les derniers coups de boutoir subis par l’organisation terroriste et élaborer une nouvelle feuille de route pour la survie et qui passe inéluctablement par la mise sous tutelle des officines occidentales dans le dossier ukrainien

Le mouvement terroriste Rachad au service de « la cause » ukrainienne

Pour se repositionner, et avoir la bénédiction des services de renseignements occidentaux, l’organisation terroriste de Rachad, mise sur « l’aubaine » du conflit en Ukraine pour offrir ses services de propagande et recrutement de combattants étrangers. L’organisation terroriste compte s’attaquer à l’Algérie et ses institutions via ce dossier, en diffusant des calomnies liées à la position de l’Algérie sur ce conflit et son partenariat stratégique avec la Russie pour gagner des galons auprès de ses employeurs occidentaux, comme elle l’a déjà fait en Libye et en Syrie.

Le rôle qu’a joué le terroriste Larbi Zitout en faisant la promotion de l’intervention militaire de l’OTAN pour bombarder des civils libyens, n’est plus à présenter. Aujourd’hui, l’organisation terroriste s’impliquerait dans le transfert de combattants pour l’Ukraine en réactivant ses réseaux au Maghreb , au Sahel, en Syrie et Turquie. Ces mêmes combattants seront récupérés après la mission ukrainienne à revenir au Sahel pour pérenniser le terrorisme international et combattre ce qui est appeler « l’expansion sino-russe »

PARTAGER