Organisation terroriste de Rachad: Larbi Zitout, en incendiaire

Organisation terroriste de Rachad: Larbi Zitout, en incendiaire
Fini l’extase des effets du verre de « Zendjabil », fini le temps du racket et des détournements de l’argent du Paypal et du fonds ce commerce politicien de « Madania Machi Askaria »après le »Qui tue qui » Larbi Zitout de l’organisation terroriste de Rachad, en hystérie défaitiste, et agonie, derrière son écran virtuel, isolé sur tous les fronts, s’est mis à l’œuvre pour s’attaquer à ses anciens compagnons de l’instauration d’Al Khilafa.
Isolé, Larbi Zitout s’attaquait ces dernières temps, via ses vidéos, aux anciens membres du FIS dissous comme Madani Mezrag et Ali Belhdjar, qu’il qualifiait de tous les mots et maux pour avoir accepté de se mettre à la raison et bénéficier des mesures de la loi sur la concorde civile, puis de la charte de la réconciliation nationale, ouvrant la voie à l’Algérie et son Peuple dans sa diversité, retrouver la paix, la stabilité, la sécurité et le développement socioéconomique.
Deux lois, témoignant le génie du Peuple Algérien, exprimées dans cette communion et homogénéité de la population avec son ANP, permettant de vaincre le terrorisme et l’obscurantisme, au grand dam des agendas des officines hostiles à l’Algérie, ses institutions et surtout à son indépendance acquise après avoir payé un lourd tribut. Larbi Zitout ne se limitait pas à fustiger ses anciens compagnons du parti dissous, mais se tourne vers ceux qui veulent retourner au pays et bénéficier des mesures de la réconciliation nationale.
Des personnalités qui auraient été induites en erreur par les Zitout, Dhina, dont les aveux des terroristes capturés à Skikda, les dissensions exprimées publiquement par certains membres de l’organisation terroriste de Rachad, dont Yahia Makhyouba, ainsi que les déclarations du journaliste Abdelkrim Zeghliche, qui n’avait pas hésité à tirer à boulets rouges sur des pseudos-opposants, intéressés par l’argent de la Paypal que d’autres choses.
«Aux personnes qui font de l’opposition à partir l’extérieur du pays, en tentant de surfer sur la vague de la colère des Algériens née des différentes crises économique et sociale que nous vivons, à ceux qui nourrissent l’espoir de voir une implosion sociale aux lendemains incertains ma réponse est sans équivoque : venez ici et parlez. Nous n’avons pas besoin de citoyens en colère mais de citoyens conscients de leur colère», Avait posté Abdelkrim Zeghliche. Même en tentant de comparer les détenus actuels de ceux emprisonnés au début des années 90, Larbi Zitout a peu de chances d’attirer l’intérêt pour la simple raison, que les deux générations n’ont rien d’identique, et son ami Ali Benhadj appartient au « has been »