Le terroriste Benhalima dévoile les méthodes d’escroquerie et de chantage utilisées par le terroriste Amir Boukhars

Le terroriste Benhalima dévoile les méthodes d'escroquerie et de chantage utilisées par le terroriste Amir Boukhars

Le terroriste détenu Mohamed Azouz Benhalima a dévoilé les méthodes d’escroquerie et de chantage utilisées par le terroriste Amir Boukhars dit « Amir DZ », notamment envers les hirakistes, les hommes d’affaires et les responsables auxquels il extorquait d’importantes sommes d’argent.

Dans la quatrième partie des aveux diffusés, jeudi soir, par la Télévision algérienne sous le titre « Chemin de la félonie. Détails de la conspiration », Benhalima a déclaré que « Amir DZ » était « un traître qui avait pour seul objectif de faire primer ses intérêts personnels, quel qu’en soit le moyen », et ce pour faire pression sur quiconque s’opposait à lui, même s’il faisait partie du mouvement terroriste « Rachad ».

Benhalima a raconté comment Boukhras a fait chanté des hirakistes qui ont découvert sa triste réalité, en utilisant des photos obtenues par des méthodes malhonnêtes et en les menaçant de les publier sur les réseaux sociaux.

Il a précisé que la réalité de ce traître et ses vils objectifs ne lui sont apparus qu’après son déplacement d’Espagne en France, où il a commencé à lui envoyer des photos de filles du Hirak populaire, qui ont renoncé à ses idées subversives, des photos qu’il lui demandait de publier sur sa page Facebook. Parmi ces filles, la dénommée « Fatima Zohra », a-t-il dit.

Il a ajouté que « Amir DZ » gardait sur son téléphone des photos indécentes de filles qu’il faisait constamment chanter, de même qu’il avait de faux comptes sur les réseaux sociaux qu’il exploitait à ces fins.

Soulignant que la traitrise dont faisait preuve « Amir DZ » était à l’origine de ses conflits avec son entourage proche à l’image de la journaliste Manar Mensri qui travaillait à ses côtés dans la même chaine, Benhalima a affirmé que le dénommé « Amir DZ » lui avait demandé de ternir la réputation de cette dernière sur les réseaux sociaux.

« Le terroriste Boukhars était en contact avec une reprise de justice, dénomée Yasmine Isabelle qui habitait Paris. Cette dernière faisait l’objet de chantage et de harcèlement par le terroriste en question qui l’avait attaqué ouvertement dans ses vidéos, d’où sa tentative de suicide », d’après

Benhlima qui a affirmé que le dénommé « Amir DZ » avait tenté « de faire du chantage à la dénommée Assia Kechoud et de la harceler ».

Boukhors faisait croire aux militants du Hirak qu’il était une « personnalité importante ayant des principes et un certain niveau d’instruction et qu’il était bien informé », a poursuivi Benhalima qui a tenu à rappeler que « Amir DZ » n’avait aucune source sure, mais qu’il recueillait plutôt ses informations auprès de Ismail Zitout et de certains groupes sur Facebook dans lesquels il activait sous de faux comptes.

Les posts publiés par ce terroriste sur sa page Facebook ciblant l’Armée et les responsables algériens « n’étaient pas produits par lui, qui avait un niveau d’instruction assez limité. C’est Ismail Zitout qui en est l’auteur », a fait savoir Benhalima. Au sujet de l’interview avec le journal « The Independent » moyennant une somme d’argent, Benhalima a affirmé que c’était Ismail Zitout qui lui dictait les réponses car le dénommé « Amir DZ » ne maitrisait pas l’anglais.

Benhlima a indiqué que le terroriste « Amir DZ » qui habitait dans des « quartiers huppés à Paris, disait que « le dossier de son extradition était entre les mains de juges hostiles à l’Algérie, et donc son extradition ne pouvait avoir lieu ». « Ce qui est sûr, c’est que Boukhars est soutenu par une partie en France », a-t-il ajouté.

Evoquant les personnes qui étaient en désaccord avec « Amir DZ », Benhlima a cité Brahim Douadji qui a dévoilé le vrai visage de « Amir DZ » qui l’a menacé, par la suite, de le signaler auprès de la police française, ajoutant que Zitout était au fait de cette menace.

« Ce terroriste avait également des différends avec Sakhri Abderrezak pour plusieurs motifs dont l’affaire de Mohamed Abdellah », a-t-il révélé, ajoutant que « Amir DZ » a encouragé la femme de Sakhri à demander le divorce, comme il l’avait fait avec l’épouse de Mohamed Abdellah.

A ce propos, le terroriste interpellé a dévoilé les méthodes suivies par Amir Boukhars dans l’escroquerie et l’arnaque qui lui ont permis de collecter de grosses sommes d’argent en pillant les dons collectés en vue de l’organisation de marches en France.

Parmi les sources de richesse les plus importantes de Boukhars, Benhlima a cité le chantage que ce dernier faisait à des hommes d’affaires et des responsables, révélant qu’Ismail Zitout lui avait confié qu' »Amir DZ » avait extorqué 100.000 euros à l’ancien wali en détention, Abdelkader Zoukh, par le biais du chantage, et un véhicule de luxe à l’homme d’affaires en détention, Mahieddine Tahkout.

Ce terroriste, a-t-il ajouté, faisait croire aux responsables et hommes d’affaires qu’il détenait des dossiers les concernant en cherchant à négocier avec eux des sommes d’argent, faute de quoi il menaçait de diffuser des informations dangereuses sur ces responsables et ces hommes d’affaires.

S’agissant des sources de financement de « Amir DZ », Benhlima a souligné que c’est Ismail Zitout qui a proposé à Boukhars de créer une chaine Youtube, et de collecter des fonds à travers les transferts électroniques, sous le prétexte qu’ils étaient collectés au profit des détenus, ajoutant qu’il collectait 10.000 euros directement après la mise en ligne de la vidéo.

Pour ce qui est des revenus de la chaine Youtube, il a indiqué qu’ils s’élevaient à « 1.400 euros pour chaque « Live », outre les revenus issus des vidéos dont le nombre pouvait atteindre sept (7) et dont la valeur oscillait entre 500 et 800 euros/chacune, et de ce fait, ses revenus pouvaient dépasser les 12.000 euros/mois, a-t-il dit.