Une commission d’enquête de l’ONU épingle l’entité sioniste

Une commission d'enquête de l'ONU épingle l'entité sioniste

Une commission d’enquête de l’ONU, a accusé le régime d’Apartheid de l’entité sioniste de n’avoir jamais respecté la charte onusienne. L’un des membres de cette commission d’enquête onusienne, en l’occurrence Miloon Kothari, commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, s’est même interrogé sur la présence de cette entité au sein de l’organisation onusienne.

« J’irais même jusqu’à soulever la question de savoir pourquoi [Israël est] même membre des Nations unies. Parce que […] le gouvernement israélien ne respecte pas ses propres obligations en tant qu’État membre de l’ONU. En fait, il essaie systématiquement, de manière directe ou par l’intermédiaire des Etats-Unis, de saper les mécanismes de l’ONU », a-t-il déclaré à Mondoweiss, un site d’information très critique à l’égard d’Israël et ses pratiques de répression à l’égard du Peuple palestinien.

« Il n’y a pas que les gouvernements. Nous sommes très découragés par les réseaux sociaux qui sont contrôlés en grande partie par – que ce soit le lobby juif ou des ONG spécifiques. Beaucoup d’argent est injecté pour essayer de nous discréditer », a déclaré Kothari.

Les  conclusions de la commission d’enquête onusienne, n’ont pas tardé à faire réagir les responsables de Tel-Aviv qui accusaient cette dernière d’antisémitisme. Le Premier ministre de l’entité sioniste Yaïr Lapid a demandé dimanche au SG de l’ONU Antonio Guterres d’œuvrer à la dissolution d’une commission d’enquête après des propos « antisémites » de l’un de ses membres, accentuant la pression sur l’organisation internationale. « Ces remarques antisémites sont une tâche sur l’ONU toute entière », a écrit Yaïr Lapid dans une lettre envoyée à Antonio Guterres.

La présidente de la commission, la Sud-Africaine Navi Pillay, a affirmé que les commentaires de M. Kothari « semblaient avoir été délibérément sortis de leur contexte » et qu’ils reflétaient « la déception de la commission face au manque de coopération persistant » d’Israël avec les experts. Les explications de Navi Pillay ont été rejetées par Yaïr Lapid .