L’adhésion de l’Algérie au BRICS,vue par des experts russes

L'adhésion de l'Algérie au BRICS, vue par des experts russes

Les déclarations du président de la république Abdelmadjid Tebboune au sujet d’une éventuelle adhésion de l’Algérie au BRICS, n’ont pas laissé indifférents les médias internationaux, qui voient dans cette éventualité un retour tonitruant de l’Algérie sur la scène internationale.

L’expert russe en géopolitique, membre correspondant de l’Académie russe des sciences naturelles, Konstantin Sokolov, a évoqué cette éventualité dans une interview accordée à l’agence russe  FAN. Pour l’expert russe, l’Algérie fait partie des pays opposés à l’hégémonie monopoliste. « Il est clair que l’Algérie n’est pas un petit pays. Elle ne joue pas un rôle décisif dans l’arène politique mondiale, mais elle est un exemple pour de nombreux autres pays » note  Konstantin Sokolov.

Abordant dans le même sens, l’homme d’affaires russe Mikhail  Lyapin  est convaincu que l’Algérie commencera à dicter ses conditions à l’Union européenne dès qu’elle rejoindra les rangs des BRICS. L’attrait des pays BRICS envers l’Algérie, selon le propriétaire russe des services financiers en Afrique de l’Est, Mikhail Lyapin, pourrait se transformer en ennuis pour l’Union européenne.

Selon l’agence russe Pravda, Mikhail Lyapin estime qu’un important exportateur de gaz naturel et d’engrais azotés bénéficiera de nouveaux marchés d’exportation et d’investissements en rejoignant l’alliance. Dans le même temps, l’Algérie, selon Lyapin, commencera à dicter ses conditions dans la mise en œuvre des accords commerciaux avec l’Union européenne. « Jusqu’à présent, le principal marché d’exportation de l’Algérie a été l’UE, mais apparemment l’Algérie soupçonne que si le cheval est mort, alors elle devrait définitivement s’en aller et s’unir à d’autres pays en développement non occidentaux, les plus grands exportateurs de ressources naturelles en le monde », conclut l’homme d’affaires russe.