La relance des Sports scolaires et universitaire en débat

La relance des Sports scolaires et universitaire en débat

Actuellement, sans la création d’un secrétariat d’Etat chargé des sports académiques, on ne peut hélas, concrétiser la moindre volonté politique relative au développement et à la promotion des sports scolaire et universitaire, conformément au programme quinquennal de Monsieur le président de la république, a fait savoir  Belkheir Abderrezak, cadre sportif activant en milieu des établissements universitaires.

En effet, l’intervenant estime que seule la création d’un secrétariat d’Etat chargé des sports académiques peut à nouveau relancer les sports scolaire et universitaire ainsi qu’en milieu des structures de la formation continue. Ce dernier, précise que les sports scolaires et universitaires et en milieu des établissements de la formation professionnelle, dépendent entre autres de plusieurs secteurs qui nécessitent  la mise en place des mécanismes communs et qui doivent être parallèlement appropriés aux particularités de chaque institution concernée dont les ministère de l’Education, et de la Jeunesse et des Sports, celui de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, ainsi que le ministère de la formation continue et voire même les collectivités locales. C’est la raison pour laquelle, la gestion des sports académiques sous l’égide d’un département ayant suffisamment de prérogatives tel qu’un Secrétariat d’Etat est plus que nécessaire afin de pouvoir concrétiser avec succès le programme quinquennal de Monsieur le président de la république, mais surtout pour garantir une redynamisation réelle et efficace pour toutes ces disciplines sportives académiques, insiste Belkheir Abderrazek, cadre de la jeunesse et des sports.

Par-ailleurs, selon la même source, le recours à la création des associations sportives au sein des établissements concernés et/ou chez les directions régionales demeure notamment un facteur primordial dans cet éventuel projet, mais faut-il d’abord publier un statut type au profit des clubs scolaires et universitaires du fait que ces derniers sont toujours régis par les textes réglementaires des CSA  » Club Sportif Amateur » et qui ne correspondent nullement avec la spécificité des secteurs académiques .

Dans ce même sillage, M. Belkheir Abderrazek, s’est dit très déçu que nos disciplines académiques ne figurent plus parmi la priorité de nos dirigeants sportifs au même moment qu’aux autres nations à l’instar des USA, la Chine, Japon, Corée, Canada, l’Australie et ainsi de suite, sont exploitées pour conquérir les différents exploits sportifs aux grands rendez-vous planétaires.

 

 

PARTAGER