Le conflit ukrainien fait chuter le mythe des énergies renouvelables

Le conflit ukrainien, a-t-il mis à nu le  » gros mensonge » des énergies renouvelables véhiculé par la propagande de l’oligarchie occidentale pour faire face au diktat de l’OPEP+?

Pour l’expert international en énergie et analyse financière, l’algérien Nouredine Legheliel, les énergies renouvelables ne peuvent jamais remplacer les énergies conventionnelles, et le conflit ukrainien a fait tomber les masques des voix de l’oligarchie occidentale, qui a fait du discours de la promotion des énergies renouvelables, un fonds de commerce pour asseoir une politique néocoloniale bien établie.
 » Nous avons à maintes reprises attiré l’attention de nos responsables sur les limites du projet de l’impact des énergies renouvelables, en se référant à l’investissement international dans le développement des énergies renouvelables est insignifiant par rapport aux investissements dans les énergies conventionnelles » en réponse au tapage médiatique que constituait le développement des énergies renouvelables dans notre pays, avec en prime la création d’un portefeuille ministériel. Nouredine Leghliel estime que les entreprises pétrolières cotées en bourse réservent  uniquement 10% de leurs capex aux énergies renouvelables ,  ce qui est peu par rapport á toute cette publicité surmédiatisée faite aux énergies renouvelables. L’exemple le plus édifiant pour illustrer cet état de fait, est le limogeage du Bob Dudley, patron du géant britannique BP, qui paya les frais de son obstination pour le développement des énergies renouvelables au lieu des énergies conventionnelles. Même cas de figure pour l’Allemagne et sa politique imposée par les verts( Grûne) qui siègent aujourd’hui au gouvernement fédéral dirigé par les sociaux démocrates SPD du chancelier Olaf Scholz, contraint de revenir au charbon et à l’énergie nucléaire pour un hiver qui s’annonce rude, à l’occasion de la rupture de l’approvisionnement en gaz russe. Sur ce registre, il convient de rappeler, que 40% des besoins gaziers allemands sont assurés par l’approvisionnement russe.

 » Heureusement, on s’est rattrapé à temps » dira notre interlocuteur, qui conseille au passage les responsables algériens d’investir et de s’investir davantage dans les industries pétrolières et gazières, en accordant au passage un intérêt spécifique au marketing et à l’acte managérial pour mieux vendre le produit algérien. Nouredine Legheliel s’interroge sur le retard pris pour le lancement d’une entité de trading capable de porter des réponse adéquate aux fluctuations du marché énergétique international par des analyses objectives, précises et pointilleuses, dans l’optique de mettre fin à l’OPA de certains pseudo-experts qui ont pris en otage l’économie algérienne depuis des décennies par des  » expertises » farfelues à l’origine du démantèlement du tissu industriel algérien, les mises à niveau répétées des entreprises qui ont bouffé des sommes colossales d’argent sans résultat, et enfin la planche à billet conseillée à l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia. Nouredine Legheliel note que l’occident paye aujourd’hui les effets de la politique de la planche à billet initiée par ses dirigeants pour juguler l’impact négatif du Covid-19. Les résultats sont connus aujourd’hui, un taux d’inflation qui dépasse toutes les prévisions, augurant une récession économique mondiale de plus en plus menaçante.

https://odysee.com/@ETHERIC:d/D%C3%89MONSTRATION-DE-LA-SUPERCHERIE-DE-L’%C3%89NERGIE-VERTE-ET-DE-L’IMPOSSIBILIT%C3%89-PHYSIQUE-DE-REMPLACER-LES-SOURCES-D’%C3%89NERGIE-ACTUELLE—-LeLibrePenseur.org-(2):8?fbclid=IwAR2T-Iruds9gP6PwZr4X0WLjFPVYM2_NReYeHj2GE7tDED4emQtzMQtaNgI

PARTAGER