Macron: un bras d’honneur à l’Algérie

Macron: un bras d'honneur à l'Algérie

Par Jacques-Marie Bourget

Par le mépris qu’il affiche instinctivement pour l’Algérie, Macron plante les derniers clous dans le cercueil des projets putatifs entre Paris et Alger.

Macron a un problème récurrent avec l’Algérie, qui l’a poussé à émettre des grossièretés  historiques du genre:  » Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française? Ça c’est la question ? ». Autrement dit c’est la colonisation qui a « inventé » l’Algérie. Un type de propos qui entretien l’amitié.

Le 25 août dernier, marquant une césure peu appréciée par ses hôtes, Macron quittait le fil de sa visite d’Etat  en Algérie pour filer à Oran et dîner avec son ami franco-algérien Kamel Daoud. Un épisode accueilli par des grincements de dents par la puissance invitante. D’autant que Macron après avoir proclamé que le sort des femmes était « le pilier de son quinquennat », s’en allait souper avec un homme condamné par le Tribunal d’Oran pour avoir frappé son ex-épouse à coups de bâton…

Alger ne s’attendait donc pas à un nouvel gifle de la part de Macron, celle donnée le 11 novembre à Genève lors de la dernière cession du Conseil des Droits Humains. Au terme de cette réunion qui se tient tous les quatre ans, la France somme l’Algérie de « signer les protocoles internationaux  liés aux violences domestiques »… Bonne idée mais la leçon est donnée par un pays, la France, qui compte 121 femmes assassinées par leur conjoint en 2021.

A Alger on prend note de ce nouvel ordre donné par un pouvoir colonial qui a beaucoup de difficulté à passer à la position « d’ex: Etat colonial. Mais les plus malicieux, il en existe à de nombreux  en Algérie, note la contradiction entre un Macron qui se rend, de façon peu protocolaire, à l’invitation d’un Daoud condamné pour violences faites à une femme, et la subite offensive de Genève!

Cet avatar ne semble pas affecter les projets politiques de ce pays qui fût « la France » puisque le 8 novembre 2022, l’Algérie et la Chine ont annoncé la signature  d’un second Plan de développement économique de cinq ans, alors que les Russes sont déjà sur place et font des manœuvres conjointes, puisque l’Algérie est désormais leur port d’attache en Afrique. Par ailleurs, on oublie que l’Italie est devenue le premier partenaire économique d’Alger.

Pour Macron il ne reste que peu d’espace. Si, mettre en place sa Commission mixte entre les historiens qui vont louer les bienfaits de la colonisation et les autres qui se contenteront de la listes des morts et torturés, martyrisés par les Aussaresses de l’Etat Français.

PARTAGER