Un président d’opérette: Emmanuel « le petit »

Un président d'opérette: Emmanuel "le petit"

Il se mêle des affaires intérieures iraniennes et fait pétition d’universalisme en croyant que l’univers ne songe qu’à imiter ce qu’il a du mal à administrer dans son propre pays.

Il déclare son intention de téléphoner à V. Poutine.

Vous imaginez les réponses chinoises, iraniennes et russes à ce genre de parades ?

Vous imaginez les sourires allemands, britanniques… américains ?

Les médias français donnent l’impression d’une audience mondiale qui n’existe pas, sinon via les communiqués de l’Elysée. Le président français fait semblant de ne pas s’apercevoir que ses déclarations sont inaudibles dans le reste du monde.

A ces pantalonnades il ajoute le ridicule et l’inconvenance.

Il esquive la première ministre italienne et préfère s’entretenir avec le président italien qui pèse constitutionnellement aussi lourd qu’un Premier ministre britannique à Washington.
Londres paie les Français pour garder leurs frontières, comme l’Europe le fait avec les pays du Club Med. Et personne ne dit aux Français que les étrangers par milliers prennent le risque de se noyer dans La Manche et ne veulent pas rester en France alors que leurs élus de tous les partis s’égosillent à prétendre que la France était envahie…

Il y a des contes de La Fontaine qui instruiraient utilement ce paltoquet.

PARTAGER