L’Europe à l’épreuve de l’inflation et des coupures d’électricité

L'Europe à l'épreuve de l'inflation et des coupures d'électricité

A l’approche de l’hiver qui s’annonce rude, les problèmes liés à l’approvisionnement énergétique en Europe sont de plus en plus d’actualité, et font planer le scénario de la seconde guerre mondiale, ou les conditions de vie étaient très pénible pour une grande majorité des populations du vieux contient. L’Après-Covid-19 et l’impact du conflit ukrainien pèsent aujourd’hui sur les ménages et les conditions de vie, même pour les pays comme l’Allemagne, la France ou l’Espagne.

Ainsi,  Paris a prévu de longues pannes d’électricité à l’échelle nationale et l’Allemagne a annoncé que la pénurie d’électricité mettrait en danger les universités.

« On a une forme d’inquiétude ou de vigilance pour janvier », a averti la présidente de la Commission française de régulation de l’énergie (CRE), Emmanuelle Wargon.

« Le pire qui peut se produire, ce sont des coupures ciblées, décidées, et qui tournent d’une ville à l’autre » en cas de météo trop froide et si les consommateurs ne réduisent pas leur consommation lors des alertes, a-t-elle ajouté, voulant croire à la bonne volonté des Français en matière d’économies d’énergie.

« Je suis très convaincue que le premier jour Ecowatt (dispositif d’alerte, ndlr) rouge tout le monde prendra ça au sérieux » pour réduire ponctuellement sa consommation et ainsi éviter une coupure, a-t-elle poursuivi.

Une alerte rouge, d’Ecowatt signifie que le système électrique est très tendu (autrement dit, que la production et les importations ne suffiront pas à couvrir l’ensemble de la consommation) et qu’une coupure d’électricité, sous forme de délestage, est inévitable.

En Allemagne, l’université de Coblence-Landau qui se trouve en Rhénanie-Palatinat prévoit de réduire ses heures de cours de début décembre à janvier. Le gouvernement allemand a demandé aux citoyens d’économiser pour faire face à la pénurie d’électricité.

D’autres universités allemandes ont adopté la même politique. Dans le Land de Thuringe, les établissements d’enseignement supérieur prévoient de fermer leurs bibliothèques et leurs salles d’études.

En Espagne, un grand nombre de citoyens se tournent vers l’aide alimentaire, car la flambée de l’inflation à travers le pays a poussé les prix des denrées alimentaires à un niveau record.

En Espagne,  l’Institut national des statistiques, une institution administrative autonome indépendante, note que les prix des denrées alimentaires espagnoles ont bondi de 15,4 % en octobre pour marquer leur plus forte augmentation en près de trois décennies.

Les agriculteurs espagnols ont dû faire face à une augmentation de 77 % des prix de l’énergie en raison de la crise énergétique à travers l’Europe exacerbée par la guerre en Ukraine.

13 millions d’espagnols flirtent avec la pauvreté

La crise du coût de la vie a mis plus de 13 millions d’habitants du pays au bord de la pauvreté, l’inflation affectant le pouvoir d’achat des ménages les plus pauvres, selon une organisation caritative indépendante Oxfam.

Selon une étude publiée plus tôt cette année par l’Université de Barcelone, un ménage sur sept en Espagne souffre d’un accès insuffisant à la nourriture en raison d’un faible revenu.

Les mères célibataires, les familles avec enfants et les personnes âgées dépendant des pensions de l’État se sont tournées vers les banques alimentaires pour obtenir de l’aide, sautant des repas pour joindre les deux bouts.

Les banques alimentaires du pays fournissent une aide à plus de 1,35 million de personnes, mais ont du mal à répondre à la demande croissante alors que les prix mondiaux de la nourriture et du carburant montent en flèche.

Confronté à des lignes alimentaires croissantes, à une inflation galopante et à une crise du coût de la vie, le gouvernement espagnol a tenté d’assouplir les conditions en dépensant des milliards d’euros en dépenses sociales supplémentaires.

Le gouvernement du très critiqué Premier ministre Pedro Sanchez a introduit une aide gouvernementale supplémentaire de 3 milliards d’euros (2,9 milliards de dollars) pour réduire les factures d’énergie des ménages. Le gouvernement socialiste a également introduit des subventions pour les transports et une augmentation de 15 % des pensions pour les plus vulnérables.

Mais les organisations caritatives qui travaillent avec les pauvres disent que les mesures ne suffisent pas, comme on les appelle les « files d’attente de la faim », que l’on peut voir régulièrement en dehors d’autres banques alimentaires à travers le pays.

La flambée de l’inflation et les prix élevés de l’énergie ont déclenché des manifestations et des grèves de masse dans toute l’Union européenne ces dernières semaines.

Depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine fin février, la perturbation des chaînes d’approvisionnement a entraîné une hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires, poussant l’inflation à des niveaux records et faisant grimper le coût de la vie. Pour les experts espagnols, la crise provoquée avec l’Algérie a également porté préjudice à l’économie ibérique dont un grand nombre d’entreprise a été contraint de mettre les clès sous le paillasson après la décision d’Alger de suspendre le traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage qui lie les deux pays depuis deux décennies.

Il convient de souligner, qu’un  Européen sur quatre est déclaré être dans une situation précaire.

 

PARTAGER