Salah Goudjil : les massacres du 8 mai 1945, une tragédie pour la nation et pour le pays

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, a affirmé, mardi à Alger, que les massacres commis par le colonialisme français le 8 mai 1945 étaient « une tragédie pour la nation et pour le pays », soulignant que tout au long de l’ère coloniale, le peuple algérien a été victime d’un génocide et de tentatives d’effacement de son identité et de sa référence religieuse.

8 Mai 45 : quand les Algériens s’invitèrent aux cérémonies des libérations nationales

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la population française est exsangue. Que dirait-on des populations «indigènes» des colonies françaises, notamment algérienne qui venait de participer à l’effort de guerre par la mobilisation forcée de plus 150 000 tirailleurs algériens, dont 12 000 sont morts en combattant pour la France ? Dans tous ces pays colonisés, notamment l’Algérie, les populations sont accablées de misère, affamées.